Portrait : L'inattendu Lerager

Portrait : L'inattendu Lerager
19/06 - 07:00 | Il y a 2 mois

Nouveau milieu de terrain des Girondins, le Danois Lukas Lerager est un joueur dont la progression linéaire surprend les observateurs. Le nouveau milieu récupérateur des Girondins est décrit comme un joueur en progression, capable d’apporter de la densité au milieu de terrain girondin.

 

Son style de jeu

 

Bientôt âgé de 24 ans - il les fêtera le 12 juillet - le nouvel international danois (une sélection en juin) est un travailleur infatigable au milieu de terrain qui a gravi les échelons à l’ombre des projecteurs. Dans le viseur des Girondins qui auraient pu le recruter cet hiver, le nouveau joueur des Danemark Dynamites (le surnom de l’équipe danoise) est un récupérateur pur jus qui a pris goût à l’offensive. Gisle Thorsen, journaliste sportif pour le journal danois Ekstra Bladet le considère comme « quelqu’un qui couvre énormément de terrain et qui a une faculté à bien se positionner et qui lit parfaitement les trajectoires du ballon. » Un portrait que confirme son confrère Kenneth Jensen du magazine sportif danois Tipsbladet : « Lukas Lerager est un joueur discipliné. Ce n’est pas quelqu’un de très créatif mais il mouille le maillot à chaque rencontre. Son jeu de tête fait partie de ses atouts. Je dirais que c’est un joueur très fiable. » Si les deux journalistes sportifs sont unanimes et reconnaissent des qualités de buteur intéressantes pour un milieu récupérateur, le déclic a eu lieu cette saison avec Zulte Waregem en première division belge. Pour Tom Van Hout, journaliste sportif qui suit Zulte Waregem depuis plusieurs années pour le Krant van West-Vlaanderen (Gazette de Flandre Occidentale), l’entraîneur du club belge est pour beaucoup dans la progression du joueur : « Lukas Lerager a un gros moteur et sait s’infiltrer dans les défenses adverses de temps à autre. Je pense que le coach Francky Dury lui a inculqué ça. Avant son passage à Zulte Waregem, il n’avait jamais marqué 6 buts en championnat. C’est aussi parce qu’il a parfois joué meneur de jeu, mais je pense que pour le niveau de la L1, il sera mieux en milieu défensif. » Puissant et battant sur le terrain, Lerager formait une véritable muraille devant la défense de Zulte Waregem en 2016-2017 avec Souailho Meïté nouvelle recrue de l’AS Monaco.

Sa personnalité

Les observateurs sont unanimes, Lukas Lerager est un joueur doté d’une personnalité saine, très bénéfique pour un groupe. Sur le terrain, Gisle Thorsen le voit comme un joueur qui est animé par un esprit de conquête : « Je lui attribue une très bonne mentalité. Je le trouve agressif mais dans le bon sens du terme car il sait se contrôler. Et c’est un joueur qui a envie de gagner. » « Une bonne personne » pour Kenneth Jensen qui corrobore le témoignage de Tom Van Hout qui a eu l’occasion de le côtoyer : « Je l’ai interviewé pour la première fois à Malines, à la fin du mois d’août 2016. C’est là que j’ai été séduit par sa personnalité. Il parle avec le coeur et avec modestie. C’est quelqu’un qui prend son temps pour répondre à une interview, qui a une histoire à raconter. C’est devenu quelque chose de rare pour un footballeur professionnel. Pendant sa période à Waregem il habitait à Deerlijk un tout petit village. Lerager aime les endroits calmes. » Avant de conclure, Tom Van Hout esquisse un sourire : « j’espère que ce sera aussi le cas dans une grande ville comme Bordeaux. " Fiable, disponible, le jeune joueur n’oublie pas non plus ses clubs précédents" comme en témoigne Gisle Thorsen : « Il parle souvent avec émotion de AB, son club formateur. C’est une équipe qu’il porte au fond de son coeur. »

Sa carrière, son évolution

 

Lukas Lerager a débuté sa carrière à l’AB Copenhague en jouant en deuxième division (le club a été rétrogradé récemment au troisième niveau). À un an de la fin de son contrat, il est recruté par Viborg, un club modeste promu en première division au moment du recrutement de Lukas Lerager en 2013. Trois ans plus tard, c’est Zulte Waregem qui débauche le joueur. Durant son parcours au Danemark, le nouveau milieu bordelais fait le travail, mais n’est pas reconnu comme une future star. Son activité offensive qui s’est révélée à Zulte ne s’est pas encore épanouie. Le transfert en Belgique change la donne et le propulse vers les Girondins un an après. « Lukas a été blessé au dos durant l’été 2016 et n’a pas fait la préparation avec Zulte Waregem. Il a explosé lors de son premier vrai match en marquant deux buts magnifiques à Malines. Pour moi, il était même plus important que Meïté qui a faibli après le mois de décembre » commente Tom Van Hout. Le journaliste belge enchaîne : « Il a joué presque tous les matchs avec ZW, il a gagné la Coupe de Belgique, marqué contre des tops clubs belges comme le Standard, Anderlecht et Bruges. Le coach Francky Dury a du nez pour découvrir des talents. Ils l’avaient observé huit fois au Danemark avant de le recruter. L’équipe avait des problèmes et s’exposait beaucoup au milieu en manquant de vitesse et de percussion. Lukas a réglé pas mal de problèmes. » Une évolution telle qu’elle lui a permis de rejoindre l’équipe nationale du Danemark pendant la période internationale. Peu connu au pays, le néo-girondin a encore du pain sur la planche pour s’imposer selon Kenneth Jensen : « il vient juste de faire ses débuts, et il n’est pas encore considéré comme un incontournable de la sélection, et en toute honnêteté, je ne sais pas s’il le sera un jour. En tout cas c’était sympa de la voir jouer avec l’équipe nationale. »

 

Et maintenant, jusqu’où peut-il aller après avoir déjoué les pronostiques ? Après avoir enrichi son jeu en Belgique et prouvé qu’il pouvait progresser, la question se pose pour ce joueur dont le parcours commence à intriguer dans un pays danois où la presse l’a surnommé le  « joueur inconnu » dans le cadre de son premier match en sélection le 10 juin face à l’Allemagne. « C’est le style de joueur dont on mesure l’importance lorsqu’il n’est pas là » glisse Gisle Thorsen qui ne le voit pas devenir une cible à moyen terme d’un club de plus grand standing comme le PSG. Kenneth Jensen partage ce point de vue : « On ne sait jamais jusqu’où un joueur peut aller, mais je pense que Bordeaux est un gros challenge pour Lukas. Il devra être à son meilleur niveau pour réussir. Le championnat belge n’est pas forcément bien meilleur que le championnat danois, mais la L1 c’est autre chose. S’il réussit à devenir un élément moteur des Girondins, ce sera déjà impressionnant. Je pense que s’imposer durablement à Bordeaux est pour l’instant le meilleur niveau auquel il puisse aspirer. » La confirmation de sa belle saison belge, l’enracinement de ses qualités de récupérateur avec ses nouveaux atouts de buteur occasionnel, et le développement d’une meilleure capacité de création seront les challenges qui attendront Lukas Lerager cette saison. Et Kenneth Jensen de conclure, semant quelques nuances quant à sa future progression : « C’est une nouvelle étape dans sa carrière. Comme l’a été sa première sélection. C’est ça la vraie histoire de Lukas : il a franchi des étapes que personne ne l’imaginait capable de surmonter. »

 

Par Florian RODRIGUEZ

#Transferts #Club

Commentaires