Exclu : Youssouf Fofana : "Les Girondins peuvent terminer dans les 3 premiers"

Exclu : Youssouf Fofana : "Les Girondins peuvent terminer dans les 3 premiers"
11/10 - 17:17 | Il y a 1 semaine

Youssouf Fofana, joueur des Girondins de 1993 à 1995, International ivoirien et ancien joueur de l'AS Monaco, surnommé le diamant noir, nous a accordé un entretien exclusif depuis la Côte d'Ivoire. Il revient sur ses années bordelaises et sur son arrivée en Europe. Il lance également un appel aux Girondins de Bordeaux pour un partenariat avec l’ASEC Mimosas, club dont il est le dirigeant. 

Bonjour Youssouf, pouvez-vous nous rappeler votre poste préférentiel à Bordeaux ?

C’était le côté gauche, mais je pouvais aussi jouer sur le coté droit. C’était difficile pour moi à Bordeaux car je suis arrivé blessé en 1993. Je me suis fait opérer, et quand je suis revenu, comme je n’avais pas fait la préparation avec le reste de l'équipe, qui était dirigée par Rolland Courbis (Ndlr: l’entraîneur en poste jusqu’en 1994), c’était difficile. Mais nous avons terminé européen quand même. Par contre, la deuxième année j’ai fait une bonne préparation, on a beaucoup bossé, mais ça s’est mal passé avec Toni et son staff (Ndlr: qui avait pris la succession de Courbis). En cours de saison il a été viré, et remplacé jusqu’à la fin de la saison par Eric Guérit. Mais, j’ai été moins performant avec Bordeaux qu’avec Monaco. Je profite d'ailleurs pour passer le bonjour à Patrick Battiston et Marius Trésor que j’ai connu à Bordeaux. Battiston était un très grand monsieur du foot. Je l’ai côtoyé également à Monaco.

François Kamano joue à gauche comme vous, quel conseil pourriez-vous lui donner ?

Aujourd’hui, il n’y pas beaucoup de joueur qui provoquent. Nous avons Mbappé, Dembélé qui provoquent comme nous, nous provoquions à Bordeaux. Avec les médias, il y a tellement de journalistes autour que … il faut qu’il continue à travailler, les jeunes doivent faire très attention à ce qu’ils font en dehors du terrain. Nous il n’y avait pas les réseaux sociaux. C’est tout. Ils doivent faire très attention car ça peut agir sur ta performance. 

youssouf_fofana.png (297 KB)

Vous êtes dirigeant à l’ASEC Mimosas (Côte d'Ivoire), comment jugez-vous la formation africaine ? Aujourd’hui les clubs européens recrutent plus au Brésil qu’en Afrique, comment l’expliquez vous ?

Je pense que ça vient de la qualité des joueurs. En Afrique j’ai l’impression que la qualité de la formation a baissé. Ceux qui forment les jeunes ne sont pas bien formés. On a beaucoup problèmes en Cote d’Ivoire, nous travaillons actuellement pour que la formation soit plus performante. Nous recherchons des partenariats avec des clubs de Ligue 1 comme Bordeaux par exemple, pour renforcer nos compétences. Nous avons un complexe de formation, nous sommes les seuls en Afrique de l’Ouest, pourtant aucun club de L1 n’a de partenariat avec nous. J’en profite pour lancer un appel aux Girondins de Bordeaux et à Patrick Battiston pour discuter d’un possible partenariat. Bordeaux est l’un des meilleurs club formateur européen.

Puis il poursuit ...

Dans les années 80, mon arrivée en Europe a été très difficile. Le football s’était un plaisir, un passe temps. J’ai été repéré lors d’un match face à l’équipe d’Algérie en junior. A mon époque on s’entraînait deux fois par semaine, avec en plus le match du dimanche. Quand je suis arrivé à Cannes, il a fallu que je m’entraîne tous les jours, c’était très dur pour moi. Lamine N’Diaye m’a beaucoup aidé lorsque je suis arrivé à Cannes. Il m’a pris sous son aile, je le remercie chaque fois que je le vois. J’avais des qualités naturelles lorsque je suis arrivée à Cannes, ce qui m’a permis de gagner des titres avec Monaco (Champion de France 1988, et vainqueur de la Coupe de France 1989). Par la suite, j’ai été aussi le tuteur de Georges Weah lorsqu’il est arrivé à Monaco.

Il enchaîne ...

Le partenariat avec Bordeaux pourrait être très bien car il y a la qualité et l’environnement. Aujourd’hui quand nos jeunes d’Afrique de l’Ouest arrivent en Europe ils n’ont pas de problèmes d’adaptation, les joueurs de l’ASEC Mimosa arrivent à s’intégrer rapidement car nous leur apprenons à gérer leur environnement, nous les formons pour ça. Quand les joueurs de l'ASEC arrivent en Europe, ils savent ce qu’ils doivent faire. Je ne suis pas étonné de la réussite de Jean Michaêl Seri qui est issu de l’ASEC Mimosas.

A quelle place voyez-vous les Girondins de Bordeaux terminer le Championnat ?

Bordeaux a fait un bon début de championnat, je pense que s’ils continuent comme ça, ils peuvent terminer dans les 3 premiers. Ils ont gardé une ossature qu’ils ont renforcé. Ils sont solides par rapport à l’année dernière.

Un dernier mot pour lecteurs de WebGirondins et supporters des Marine et Blanc ?

Je dis au supporters que je suis vivant et que je ne les ai pas oublié. J’ai passé deux bonnes saisons à Bordeaux. C’est une belle ville, elle a beaucoup changé, ils ont un nouveau stade aussi. Je souhaite bonne chance aux supporters, et que Bordeaux soit parmi les 3 premiers de Ligue 1.

Merci à Youssouf pour sa simplicité et son accueil.

Propos reccueilis par J-A Chazeau

#Club

Commentaires