Vente des Girondins : Joe DaGrosa ce qu'il faut retenir de son interview

Vente des Girondins : Joe DaGrosa ce qu'il faut retenir de son interview
07/09 - 20:00 | Il y a 2 semaines

Ce soir, Joe DaGrosa s'est exprimé sur RMC dans l'émission Ici c'est Willy. Le futur boss des Girondins de Bordeaux a évoqué pour la première fois son projet pour les Girondins de Bordeaux. Il rassure également les supporters sur la qualité des investisseurs qui le soutiennent. Nous vous proposons sur WebGirondins le détail complet de son intervention. 

 Fan de football ? "C’est une très bonne question. Le point de départ est que nous pensons que le foot et le sport sont des gros investissements pour les 50 années à venir. Le sport est un secteur qui va être en développement pendant encore très très longtemps., bordeaux existe depuis 1881, et le club existera encore pendant bien longtemps. C’est une histoire incroyablement longue."

Projet ? "Ce sera peut-être plus complexe, le point de départ est  que nous pensons que Bordeaux est l’une des meilleures marques au monde, la ville de Bordeaux plus précisément qui est connu dans le monde entier pour sa qualité. l’équipe en elle même est connue, c’est l’un des clubs avec l’une des histoires les plus prestigieuses. C’est sur une base formidable sur laquelle on va décider de s’appuyer. Quand on regarde notre projet, nous quand on vient en tant que bienfaiteur pour le club, notre honneur est en jeu. Nous allons rester cinq ou dix ans tout dépend de la durée de notre projet. Notre but est de ramener Bordeaux à un niveau plus élevé et en meilleure forme que lorsque nous l’avons trouvé. Aujourd’hui, la forme est bonne, mais on veut le ramener à son plus  haut niveau historique."

Perte d’argent ? "En fait je pense que le succès financier et sur le terrain ne sont pas automatiquement liés. Évidemment, nous allons rester dans le club et nous avons déjà investi. Nous nous attendons à une période de perte. Mais avec nos investisseurs nous pensons que  nous pouvons apporter une période plus profitable pour le club financièrement et également sur le terrain."

Politique de recrutement ?  "Je pense que la bonne réponse est que nous voulons investir et ça commence par l’entraîneur, le directeur sportif. Cela restera l’un de nos objectifs. Nous n’allons pas investir bêtement en fermant les yeux. Nous allons chercher à prendre les meilleurs joueurs pour le bien de l’équipe."

Période de transition : "Plusieurs choses, par rapport à notre accord avec M6 nous n’avons pas le droit de parler publiquement. C’est une période assez étrange. C’est notre première opportunité, c’est unique. Merci de nous donner cette opportunité. C’est une période assez étrange nous devons contenter tous les facteurs à l’image de la DNCG. Nous devons nous assurer qu’autour de Bordeaux tout est correct. C’est une période curieuse, car nous n’avons pas d’autorité au niveau des décisions. Nous conseillons M6, mais c’est eux l’autorité qui prend les décisions à ce jour. Ils agissent en leur âme et conscience pour le bien de l’équipe."

Thierry Henry : "Nous avons eu l’opportunité de le rencontrer, il nous a beaucoup  impressionnés. Automatiquement, Thierry possède un potentiel immense. Nous ne sommes pas tombés d’accord sur le plan financier. C’est le principal levier qui ne nous a pas permis de tomber d’accord. Ça a été le principal levier, on avait trouvé un accord avec les trois partis."

Objectifs sportifs ? "Notre temps viendra de 2 à 5 ans.Je nous donne dix ans, c’est pour développer l’enthousiasme autour du club. Notre plan est de partir sur de la transition entre deux et trois ans en investissant dans le club. Mettre les bons joueurs au bon endroit. On veut transformer Bordeaux en une marque à succès. Il y a beaucoup de talents qui travaillent dans le club, on est tous excités à travailler avec eux. On veut se qualifier régulièrement  pour l’Europa League et viser ensuite la Ligue des Champions."

Supporters ? "Le fait ennuyeux  est celui de ne pas savoir qui nous sommes ainsi que l’identité de nos partenaires. Des rumeurs se sont développées. Ce que je veux dire aux supporters de Bordeaux : nous avons des partenaires très solides financièrement, je travaille dans le business de haut niveau depuis 22 ans. Nous avons collaboré avec deux des plus grandes compagnies d’investissement. Ils sont désormais nos partenaires. King Street représente 20 milliards d’investissements. Fortress de son côté avec 40 milliards de fonds , c’est notre garantie. Nous avons donc des partenaires très forts, nous allons bientôt passer devant la DNCG, mais je me lève personnellement contre les allégations contre un supposé argent sale."

La relation avec Nicolas De Tavernost : "J’ai un grand pour Nicolas De Tavernost, mais vous savez, il y a bien un jour où il était de l’autre côté de la table. Comme personne, je l’apprécie, nous avons eu un dialogue très ouvert. Aujourd’hui nous sommes  encore en face en face à la table des négociations."

#Club #Joe DaGrosa

Commentaires