Identité, formation, Ligue 2, avenir, David Guion répond

19/05 - 11:43 | Il y a 5 mois
L'entraineur des Girondins de Bordeaux était pour la dernière fois de la saison devant les médias avant un match de Ligue 1. David Guillon a répondu aux questions sur son avenir, sur les écarts de conduite des joueurs. De plus, pour la première fois il a évoqué l'identité des Girondins, à savoir la formation. Détails.
Identité, formation, Ligue 2, avenir, David Guion répond

© Iconsport

Dans quel état sont les joueurs ?

David Guion : "Il y a des garçons qui sont touchés et atteints. La semaine a été assez silencieuse. Comme je leur ai dit lors de notre premier entrainement. Je voulais que l'on reste très professionnel tout au long de la semaine. Se préparer pour le match de Brest et y aller avec dignité."

Il y avait beaucoup de tristesse. J'ai senti les garçons abattus. Ils se sentent complètement responsables de cette situation-là. Je n'ai pas non plus énormément discuté avec eux. Je me suis concentré sur l'animation des séances.
Je suis très déçu parce que tout au long de ses trois mois j'y croyais très fort. Je l'avais dit aux joueurs. Je pensais que tout aller se jouer sur ce dernier match. Ce dernier match va décider de tout. Je ne pensais pas qu'avec si peu de points on pouvait se maintenir. Si on marque un but contre Lorient, on aborde presque cette dernière journée comme favori. Mais on n'a pas su saisir notre chance."

Son avenir à Bordeaux et le constat de la saison


Il poursuit : "J'ai beaucoup travaillé cette semaine sur le bilan de cette saison. Ça me semble important. Car le plus important est de faire les bons constats afin de pouvoir rebondir. Je dois échanger avec mes dirigeants et mes présidents pour leur expliquer mon bilan. Je vais d'abord le livrer à mes dirigeants avant de vous le soumettre.

Je dois discuter avec mon président sur la façon dont lui souhaite reconstruire. J'ai de mon côté des idées qui me semblent importantes pour le rebond des Girondins.

Il faut réparer cette anomalie. Je me dois d'échanger et d'avoir une discussion constructive avec mon président. Je suis sous contrat jusqu'au 30 juin. Je suis dans le présent.

Évident, j'ai une part de responsabilité. L'évaluer c'est difficile. Je sais prendre mes responsabilités, je n'ai pas de souci avec ça et j'en prends ma part. L'idée maintenant est de faire les bons constats et de repartir sur des bases saines."

Sur les écarts de conduite des joueurs


"Je ne vais pas commenter tous les problèmes qu'il y a eu tout au long de la saison. On en revient aux professionnalismes, aux valeurs et au cadre d'exigence à mettre en place dès le début de la saison. On ne peut pas tolérer des comportements antiprofessionnels comme ça. Surtout lorsqu'on appartient aux Girondins de Bordeaux avec une institution avec des valeurs. Il faut être intransigeants, et le cadre doit être posé.

Sur la dernière histoire, le club a rencontré le joueur qui était mis en cause. Je pense que le club a résolu le problème avec lui. C'est de la colère car il y a énormément de travail à côté.

Quand on voit que tout ce travail et tout ce que l'on dit sont gâchés par des comportements et des attitudes non professionnelles, c'est clair qu'on est déçu. On a envie d'être entouré par des garçons irréprochables et qui comprennent vos messages. Il a manqué beaucoup de choses cette saison. En effet, il a manqué un cadre d'exigence."

La formation identité des Girondins de Bordeaux


"Ça
me semble important. Il va falloir rebondir. Il y a tout ce qu'il faut en termes d'environnement et d'infrastructures, pour le centre de formation... Les fondations sont là. J'en suis convaincu. Les Girondins doivent retrouver une identité. Il faut travailler là-dessus dès le début de la saison.

Il faut avoir le bon constat et ne pas se tromper pour partir sur des bases saines. L'important, ce sont les Girondins et l'institution. Il faut regarder aussi dans le centre de formation qui fait partie de l'identité girondine. J'ai fait venir 10 gamins du centre cette semaine. Il y a une très bonne génération 2004. Je pense aussi que je vais faire découvrir le haut niveau ce week-end à un ou deux garçons. Je pense que la reconstruction des Girondins doit passer inévitablement par son centre de formation.

Il y a des jeunes qui ont marqué des points sur ces dernières semaines. Même s'ils sont très jeunes, cela ne me pose pas de soucis. Le petit Jo (Louisjean), Junior (Mwanga) Julien (Vetro) devant, Eymeric (Depussay) qui est intéressant. Je l'ai fait à Reims en intégrant des jeunes de 17 ans, je suis capable de le faire à Bordeaux. Il faut montrer que la porte est ouverte et qu'ils font partie du futur des Girondins."

Bordeaux peut-il remonter immédiatement ?

"Évidemment que ce sera une grosse pression pour la Ligue 2. Avons-nous le choix d'annoncer autre chose que la montée immédiate quand on est les Girondins ? On doit assumer ce rôle-là. C'est pour ça que les joueurs qui seront présents la saison prochaine doivent l'intégrer. La Ligue 2 ce n'est pas du tout pareil que la Ligue 1. Il faut bien se préparer et avoir des profils différents de la Ligue 1. Ce n'est pas du tout le même championnat."

La vidéo complète de la conférence de presse :