Échange musclé entre Albert Riera et les journalistes après Bastia-Bordeaux

05/11 - 15:36 | Il y a 6 mois
Après la rencontre, les journalistes ont questionné l'entraîneur des Girondins sur le jeu de l'équipe, le résultat face à Bastia afin de connaitre son analyse. L'entraîneur bordelais s'est agacé.
Échange musclé entre Albert Riera et les journalistes après Bastia-Bordeaux

© Iconsport

Extrait partagé par Julien Pernici, journaliste. C'est à lire ci-dessous en retranscription ou à écouter en bas de page.

"C'est pour ça que je suis le coach et vous journaliste"

Albert Riera : Je peux vous poser une question à vous ? Avez-vous la sensation que nous avons été pire que Bastia malgré le score ?

Journaliste : je ne sais pas si on peut dire pire, mais on peut dire que vous avez été moins bon dans l'animation et dans l'engagement.

Albert Riera : on comprend différemment le foot alors. C'est pour ça que je suis le coach et vous journaliste.

Journaliste : exactement, c'est pour ce que je fais mon métier et que je vous pose des questions. Vous ne m'avez pas répondu, est-ce que vous jouez toujours la montée ?

Albert Riera : Ça ne change rien, on continue. Chaque match vaut trois points et on essaye de gagner.

Journaliste : le 3-1, ce n'est pas important pour vous ?

Albert Riera : Comment c'est pas important ? Il faut gagner les 3 points. On n'a pas été pire que l'adversaire. L’adversaire n'était pas mieux que nous. Les gars ont tous essayé. Je ne peux rien leur demander. Je vois que l'équipe a envie. On a eu l'occasion de Vipotnik en première mi-temps. Si elle rentre, c'est un autre résultat. Le foot c'est comme ça.

Journaliste : Vous avez l’impression de faire jeu égal avec Bastia sur l'ensemble du match ?

Albert Riera: On n'était pas pire que Bastia, c'est ma sensation.

Journaliste : Vos joueurs m'ont personnellement dit qu'ils avaient manqué d'engagement

Peut-être que j'adore mes joueurs et c'est pour ça que je vois ce qu'ils font bien. Au niveau des duels et des deuxièmes ballons, on n'était pas bien. Ce sont les deux aspects du jeu où on a perdu. Sur les autres aspects, on était mieux.

Journaliste : Comment comptez-vous redresser la barre et sur quoi allez-vous travailler cette semaine ?

On a préparé un plan pour être mieux que l'adversaire. Sur le terrain on a essayé d'être mieux. La différence c'est les buts marqués. Nous, on ne marque pas.

Journaliste : À quoi sont dues les erreurs individuelles comme celle de Bokele a la 7e minute ?

Je ne vais pas prendre la tête au joueur avec cette erreur. C'est une question technique. Il faut donner le ballon dans l'espace pour les attaquants.

Journaliste : Lors de la conférence de presse d'avant-match, vous avez dit avoir 27 plans de jeu, qu'allez-vous faire avec celui-là, car vous avez perdu ?

On a changé notre manière de jouer aujourd'hui. On va continuer à avancer. J'ai dit 25, pas 27. Je vais régler mes problèmes moi-même, je n'ai pas besoin de quelqu'un qui parle de mon travail.

Journaliste : Qu'est-ce qui explique le mauvais début de match de votre équipe ?

L'efficacité dans le jeu. On a besoin d'efficacité dans le jeu. On a la sensation qu'il faut frapper 10 fois pour marquer un but. On travaille pour amener cette confiance devant le but.

Écoutez cet extrait :

 

>> Revue des tweets : humour, colère et désarroi des supporters des Girondins