Les Girondins plient en 15 minutes [Joueur par Joueur Strasbourg-Bordeaux]

Les Girondins plient en 15 minutes [Joueur par Joueur Strasbourg-Bordeaux]
30/01 - 21:02 | Il y a 7 mois

Après avoir mené contre le cours du jeu et fait front pour garder le score après les 45 premières minutes, Bordeaux s’est complètement écroulé en seconde période en encaissant 3 buts en l’espace de 15 minutes. La réduction du score de Jimmy Briand ne changera pas l’issue de la partie. Les Girondins s’arrêtent en demi-finale et ne verront pas le Stade Pierre Mauroy en mars prochain (3-2).

Benoît Costil : Alors que les Marine et Blanc ont de grandes difficultés à bloquer les vagues offensives strasbourgeoises qui sont incessantes depuis le début de la rencontre, Costil parvient à sortir une première frappe en s’alignant parfaitement au premier poteau. Les Strasbourgeois intensifient leurs efforts avec notamment Sissoko qui tente régulièrement sa chance à l’extérieur de la surface, mais le capitaine du club au scapulaire veille au grain. Mais dès l’entame de la seconde période, le gardien bordelais écarte le centre de Lala plein axe et ne parvient pas à se replacer rapidement pour être à la parade contre Ajorque. Sur le troisième but strasbourgeois, il est encore fusillé à bout portant suite à une très belle remise d’Ajorque pour Mothiba qui enfonce un peu plus le clou.

Youssouf Sabaly : Comme lorsqu’il joue en tant que latéral droit, l’international sénégalais n’hésite pas à prendre son couloir pour apporter une solution supplémentaire pour gêner au maximum l’arrière-garde alsacienne. En deuxième mi-temps, avec le retard au tableau d’affichage, Sabaly ne cesse pas ses efforts pour apporter sa qualité de centre, mais n’aura pas réussi à inverser la tendance.

Jules Koundé : Si Pablo ne semble pas être en jambe, le jeune défenseur bordelais comble certains espaces laissés par le défenseur brésilien pour éviter que le bloc plie pendant les premières minutes de la rencontre. Il est l’un des Bordelais qui semblent être le plus concernés par l’enjeu et gagne la majorité de ses duels aériens.

Pablo : Après un peu plus d’un mois d’absence, le défenseur brésilien fait son retour dans le onze titulaire. Il met du temps à se mettre dans son match avec notamment quelques pertes de balles qui permettent à Strasbourg de mettre la pression sur le bloc bordelais. On voit que Pablo connaît les pires difficultés pour gagner des duels dans la surface de réparation. Sans doute en manque de rythme, le défenseur central est bien loin de son niveau de la fin d’année 2018.

Maxime Poundjé  : Le latéral gauche formé au club est exemplaire dans sa fonction défensive (lors des quarante cinq premières minutes) notamment sur les tacles où il connaît une réussite totale. En deuxième mi-temps, Poundjé tarde à se positionner sur Kenny Lala qui réalise un bon appel dans le couloir. Ce dernier centre sans se poser de question et Costil ne parvient pas à éloigner le danger. Ajorque parvient à tromper le gardien bordelais. Suite à un nouveau renversement de jeu, Poundjé est trop axial et ne parvient pas à revenir sur Lala qui recentre instantanément et Mothiba vient crucifier Costil. Le latéral gauche aura complètement disparu (lui aussi) au retour des vestiaires.

Jaroslav Plasil : Le milieu de terrain tchèque apporte la touche technique nécessaire pour mettre le ballon entre les lignes de l’entre jeu alsacien. Toutefois, il manque d’agressivité dans les duels notamment face à Ajorque qui prend régulièrement le dessus. Il est remplacé par Toma Basic à la 67e minute de jeu. Le jeune milieu de terrain croate va tenter d’apporter sur les coups de pied arrêtés, mais la défense strasbourgeoise fait front.

Otavio : À l’image de l’équipe, le milieu de terrain brésilien a mis temps à rentrer dans sa partie du fait d’un pressing très important de la part du Racing Club de Strasbourg. Après l’ouverture du score bordelaise, Otavio a mis un peu plus le pied sur le ballon pour soulager l’arrière-garde bordelaise. Les premières minutes du second acte sont un peu dans le mimétisme du début de la rencontre où Otavio n’existe pas (ou plus) à la récupération.

Yann Karamoh : Positionné en tant que milieu gauche, Karamoh essuie quelques pertes de balle dès les premiers instants de la partie. Les Bordelais remontent petit à petit son bloc avec notamment une frappe du joueur prêté par l’Inter qui fuit le cadre du fait qu’un défenseur touche le ballon. La suite, on la connaît, Younousse Sankharé permet aux Girondins de mener à la marque. Il n’est pas loin de doubler la mise, mais il tergiverse quelque peu ce qui permet aux Strasbourgeois de bien défendre le coup. Dans son replacement défensif, Karamoh n’est pas exempt de tout reproche sur le marquage de Kenny Lala qui ne cesse de longer la ligne et de perforer toute la défense bordelaise qui nage à contre-courant. Il paie sans doute son manque de repli défensif et il est remplacé par Andreas Cornelius. Sur l’une de ses seules opportunités de briller, à la 79e minute, le géant danois tente une frappe qui fuit le cadre.

Younousse Sankharé : Si les Girondins de Bordeaux connaissent de grandes difficultés à garder le cuir au milieu de terrain, Sankharé est positionné très haut pour aider au maximum Jimmy Briand aux avant-postes. Il va s’illustrer sur le premier corner bordelais grâce à une sortie approximative de Kamara. Le cuir revient vers lui et l’ancien Lillois ne se pose pas de question et la reprend de volée pour enfoncer le ballon au fond des filets et permettre aux Marine et Blanc de débloquer le compteur d’affichage contre le cours du jeu. En seconde période, il sera moins visible sur le terrain et va céder sa place à la 72e minute par François Kamano. Le staff bordelais tente de mettre en place un 4-2-4 pour bouleverser le scénario. Bien lancé dans la profondeur, l’international guinéen fixe avant de distiller un bon ballon en retrait pour Briand qui réduit la marque.

Samuel Kalu : Sur la droite de l’attaque bordelaise lors du début de la rencontre, l’international nigérian prend au fur et à mesure du temps une place à gauche pendant que Karamoh permute de l’autre côté. Lors du deuxième acte, Samuel Kalu disparaît petit à petit des débats.

Jimmy Briand : Après avoir soufflé ce week-end en Ligue 1, Briand retrouve une place de titulaire. Un peu esseulé lors du premier quart d’heure, il réalise de nombreux appels dans la profondeur pour que les Marine et Blanc remontent leur bloc. En seconde période, l’attaquant bordelais ne cesse de maintenir le pressing, mais souvent en vain. Suite à une belle passe de Kamano en retrait, Briand parvient à réduire l’écart à un peu moins de dix minutes du terme.

#Coupe de la Ligue

Commentaires