Les révélations accablantes de Lilian Laslandes sur la gestion humaine de Gérard Lopez à Bordeaux

06/07 - 11:51 | Il y a 1 mois
Lilian Laslandes était sur RMC Sport hier pour réagir à la rétrogradation synonyme de dépôt de bilan des Girondins de Bordeaux. Il a livré des anecdotes affligeantes sur la gestion du club par le propriétaire actuel.
Les révélations accablantes de Lilian Laslandes sur la gestion humaine de Gérard Lopez à Bordeaux

© Iconsport

"Le président et le directeur sportif ne font pas du bien aux Girondins de Bordeaux"

Lilian laslandes : "Aujourd'hui le problème c'est comment les personnes du club le gèrent. Tout simplement. Aujourd'hui l'identité des Girondins a complètement disparu. On n'a plus d'amour pour le maillot ou cet écusson à part les supporters. Le président et le directeur sportif ne font pas du bien aux Girondins de Bordeaux.

Je vais vous donner des détails, vous allez comprendre. Sportivement on est en Ligue 2, pas financièrement, sportivement."

Lilian Laslandes pas autorisé à entrer au Haillan

Première chose, j'ai joué 8 saisons aux Girondins. Aujourd'hui, je me présente au Haillan, je n'ai pas le droit de rentrer pour aller voir un entrainement. C'est inacceptable. Le monsieur de la sécurité que je connais depuis 15 ans me dit avec tristesse : "Lillian, je suis désolé je ne peux pas te laisser entrer. Tu n'es pas sur les tablettes.""

Salariés virés pour avoir parlé aux joueurs ?

"Ces gens-là veulent monopoliser les choses. Les gens qui travaillent à la cuisine au château ont été virés. Pourquoi ? Parceque'elles discutent avec les footballeurs, c'est de la convivialité, c'est aimer les personnes. Elles ont été virées. C'est impossible.

Ils ont acheté ce club, mais avant d'acheter il faut savoir ce qu'on achète, comment vit la ville. J'ai voulu proposer mon aide chez les jeunes. J'ai posé la question, je n'ai jamais eu de réponse depuis un an."

Gérard Lopez et Admar Lopes snobent les anciens joueurs le jour des 140 ans

 

"Le jour des 140 ans du club, pas un président ni un directeur sportif n'est venu dire bonjour aux anciens. Ils étaient là.
À Part Costil, Koscielny et Poussin et quelques jeunes. Les autres joueurs sont partis chez eux, ils n'étaient pas obligés de rester.

C'est quoi ce club ? Ce n'est pas notre club. Tant que ce monsieur sera là...(NDLR Gérard Lopez)... Le problème c'est qu'on a plus notre identité. Si ce monsieur-là reste, ça ira encore plus bas."

Écoutez ces propos ci-dessous :