Nantes - Bordeaux : un réveil attendu

24/01 - 12:06 | Il y a 1 mois

Très critiqués lors de leurs dernières sorties, les joueurs de Paulo Sousa doivent proposer un meilleur contenu ce week-end s'ils veulent s'imposer à la Beaujoire face à Nantes, qui a plutôt bien démarré son année 2020 et qui pointe à la 4e place du classement (6 points d'avance sur les Bordelais).
Alors que l'équipe enchaîne les contre-performances, beaucoup remettent en cause le dispositif tactique de Paulo Sousa. Mais des joueurs professionnels ne doivent-ils pas être capables de s'adapter à différents systèmes, aussi compliqué soit-il ? Est-ce que les joueurs ne pourraient pas faire plus individuellement pour aller mieux collectivement ? Nous allons essayer de voir quels sont les véritables chantiers du coach portugais pour essayer de rendre à son système une véritable animation collective.

UNE DÉFENSE À LA RELANCE

La défense centrale à 3 mis en place depuis le début de saison a été plutôt une bonne réussite sur les premiers matchs. Mais aujourd'hui, celle-ci affiche ses plus grandes faiblesses match après match. Premier point, la relance courte si chère à Paulo Sousa. Maintenant que les adversaires ont identifié ce problème de notre jeu court proche de notre but, le plan devient assez simple pour eux : un pressing agressif dès les premières passe et on profite de la moindre erreur girondine pour se créer une situation de frappe. Nos défenseurs centraux sont souvent en manque de solutions sur ces phases de jeu dans nos 30 mètres et la moindre erreur peut entraîner une occasion très dangereuse. Les centraux, et plus particulièrement les 2 excentrés qui sont généralement privilégiés pour la relance, devraient avoir au minimum trois solutions de passes vers l'avant : le piston de leur côté, l'un des 2 milieux et plus haut en jeu long un des avants-centres qui décroche. Trop souvent, Bordeaux se perd dans des passes latérales entre les 3 défenseurs centraux, ce qui ralentit le jeu et expose la défense à la moindre erreur commise. Le premier aspect à améliorer sera donc la disponibilité de nos relais pour soulager enfin les défenseurs, qui puissent faire monter le bloc en donnant la balle à un milieu qui ne la renvoie pas systématiquement. Le deuxième aspect défensif va être de rapidement reprendre confiance. Bordeaux a encaissé 12 buts toutes compétitions confondues depuis la victoire contre Nîmes. La défense girondine n'a réussi à préserver sa cage inviolée que 4 fois en 20 matchs de Ligue 1. Reprendre confiance dans chaque intervention défensive, limiter le nombre de fautes dans nos 30 mètres et réussir à mieux se dégager même si ce n'est pas par le jeu court, pour que la défense ait réellement l'opportunité de respirer. Le système défensif tel qu'il est peut fonctionner, mais l'aspect prévisible de chaque relance et le manque de solutions mettent les défenseurs dans des positions très compliquées à gérer. Un joueur comme Otavio, 5e joueur réussissant le plus de passes de L1, doit reprendre ses responsabilités et soulager sa défense en remontant la balle et en cherchant des solutions vers l'avant et sur les côtés. Les milieux doivent vraiment avoir la volonté de casser les lignes. Perdre le ballon plus haut sur le terrain serait bien moins dangereux que les pertes de balles dans nos 30 mètres (exemple : but de Sanson contre Marseille).

UNE VARIÉTÉ OFFENSIVE À RETROUVER

L'animation offensive doit aussi rapidement se remettre dans le sens de la marche. Le jeu axial de Bordeaux est d'une facilité déconcertante à défendre : Un bloc bas empêche les Girondins de développer le moindre début d'action. Premièrement, l'apport des pistons est un véritable problème, ceux-ci doivent écarter bien plus le jeu, car ce sont eux qui doivent prendre ces espaces sur le côté pour avoir des opportunités de centres. Actuellement, Bordeaux donne l'impression, une fois arrivée dans le camp adverse, d'avoir tout simplement 2 latéraux très haut qui ne propose que trop peu de solutions vers l'avant et dans la profondeur. Un bon jeu axial est une chose primordiale dans un système comme celui de Sousa : être capable de garder la balle dans l'entrejeu malgré le pressing est une base de tout jeu de possession, mais il devient totalement inefficace si Bordeaux n'est pas capable de se projeter sur un côté à un moment donné. Ensuite, le système tel qu'il est aujourd'hui nécessite un gros investissement de la part des deux joueurs en soutien de l'attaquant : que cela soit De Préville, Adli, Hwang ou Oudin, ce sont eux qui doivent proposer une solution vers l'avant au milieu du terrain qui remonte la balle. L'un des deux joueurs doit décrocher pour venir chercher la balle plus basse pour combiner et l'autre proposer une solution en tant que 2e attaquant sur un jeu plus long, ou alors proposer une solution sur le côté si le jeu le permet. Actuellement, on a l'impression de joueurs qui se cachent alors que le fait de décrocher ainsi libérera des espaces aux 2 autres et donnera des opportunités de combiner vers l'avant. Le problème n'est pas le système, mais bien l'animation de celui-ci : on assiste à un jeu statique où chacun semble se contenter de renvoyer la balle derrière sur des milieux et défenseurs sans solution. Alors qu'au contraire, un jeu de possession nécessite encore plus de mouvement, encore plus de jeu rapide pour créer le moindre petit décalage qui permettra de gagner ces mètres nécessaires pour avoir de réelles occasions de but. La variation du jeu est aussi très importante pour ne pas tomber dans la caricature de ce que souhaite voir Sousa sur le terrain. Il va falloir que les joueurs d'eux-mêmes cherchent à jouer différemment. Les changements d'ailes doivent arriver être davantage utilisés pour pouvoir profiter des espaces laissés par les défenses. Ce sont les joueurs qui font l'animation du système pas le système lui-même : Il n'est peut-être pas parfait ou pas la mieux adapter aux joueurs, mais ces derniers doivent être capable de proposer plus de jeu. En somme, Bordeaux doit simplement arrêter d'être prévisible dans son jeu tel qu'il le déploie depuis quelques matchs et profiter un maximum des qualités de ses joueurs et de leurs réelles capacités à faire des différences sur les situations offensives.

11 GUERRIERS À LA BEAUJOIRE

Enfin, au-delà de la façon de jouer de l'équipe, ce que tout le monde souhaite voir c'est de l'engagement. La série de mauvais résultats est compliquée à gérer pour le club, l'ensemble du groupe et les supporters, mais ce sont maintenant les joueurs qui ont les clés pour sortir de cette mauvaise passe. Il est encore assez tôt dans la saison et le championnat assez resserré pour réaliser les objectifs du club. Mais, le manque d'investissements de beaucoup de joueurs doit être gommé au plus vite. Les séries de contre-performances sont monnaie courante dans le football et aucune équipe ou presque n'y échappe au cours d'une saison. Il est maintenant du devoir des joueurs de mettre de l'intensité dans leurs rencontres et ce peu importe le système dans lequel l'équipe évolue. L'envie sur un terrain apportera toujours des résultats et le collectif Girondin l'a perdu depuis maintenant un mois et demi. Alors quoi de mieux qu'un derby de l'Atlantique pour repartir de l'avant ? 

#Ligue1

Commentaires