Théo Defranne : “Gérard Lopez, on l'a vu une fois”

19/05 - 16:05 | Il y a 3 mois
Le journaliste belge chez Notélé, Théo Defranne s’est exprimé dans 100% Girondins sur France Bleu Gironde concernant la situation du club de Mouscron et de son président Gérard Lopez.
Théo Defranne : “Gérard Lopez, on l'a vu une fois”

© Iconsport

Concernant la présence ou pas de Gérard Lopez 

 
Théo Defranne dans 100% Girondins : “Gérard Lopez, on l'a vu une fois. C'était en juillet 2020, quand il est venu faire la conférence de presse pour présenter le rachat du club. Mais depuis lors, on ne l'a plus jamais vu au moindre match. D'autant plus, qu' il y avait plusieurs projets de reprise qui avait été proposée ces dernières semaines, mais au final Lopez n'a pas daigné donner la moindre réponse, que ce soit par mail ou par téléphone.”

À propos de la faillite de Mouscron

“Alors le club n'est pas encore officiellement en faillite. Pour tout vous vous expliquer, pour évoluer en division 1 en Belgique ou en tout cas en Division 2 comme actuellement, il faut une licence pour évoluer dans ce qu'on appelle le football professionnel. Donc Mouscron n'a pas obtenu cette licence. Pourquoi ?
 
Parce qu'il n'avait pas payé les salaires, parce qu'il n'était pas en ordre de cotisations sociales, parce qu'ils avaient des retards de paiement envers la Fédération. Donc Mouscron n’a pas perçu cette licence, que ce soit en première instance ou en appel. Ils sont obligés de redescendre en 4e division belge et c'est ce qui devrait probablement engendrer une faillite.”
 

Est-ce que les problèmes économiques de Mouscron sont la faute de Gérard Lopez ? 

“Comme je vous le disais tout à l'heure, il y a déjà eu pas mal de problèmes économiques sous les ères précédentes. En fait, le gros problème de Mouscron c'est qu'on a souvent donné des salaires un peu mirobolants, que ce soit aussi bien aux joueurs ou à certains membres de l'administration. On avait à un moment un directeur sportif qui touchait 30000€ par mois cette saison en Division 2 belge. De plus, un de nos attaquants gagne 35000 € par mois et il joue 5 min par match. Voilà, on ne peut pas parler de rentabilité dans ces cas-là.”