Bordeaux pourrait être lésé par la nouvelle distribution des droits TV

Bordeaux pourrait être lésé par la nouvelle distribution des droits TV
18/02 - 15:30 | Il y a 3 semaines
Avec la baisse des recettes télévisées, suite à l’échec de Mediapro, la nouvelle distribution devrait être favorable aux “gros clubs”. Ce n’est pas le cas des Girondins Bordeaux qui pourraient perdre quelques millions d’euros.

Dans un article d’Étienne Moati, publié dans le quotidien l’Équipe, une analyse de la répartition des droits TV a été réalisée.

Le nouveau système prévu avant le fiasco de Mediapro 

À l’origine, lorsque Mediapro avait été choisi en mai 2018, suite à l’appel d'offres, il était prévu que la somme de 400 millions d'euros soit répartie à part égale entre les 20 clubs de Ligue 1. Cette somme représentait donc 20 millions d’euros par club. Une somme importante pour la plupart d’entre eux, notamment pour les “petits”, qui étaient les principaux bénéficiaires sur la période 2020-2024, d’un contrat de 1,217 milliard d’euros.

Les droits télévisés internationaux quant à eux, environ 60 millions d’euros net par an, devaient profiter à 9 clubs dits “à vocation européenne”. Ces clubs étaient désignés comme étant : le PSG, Lyon, Marseille, Saint-Étienne, Monaco, Bordeaux, Rennes, Lille et enfin Nice.

Les petits clubs devaient donc, sur une période de quatre ans, voir leurs recettes télévisées doublées.

Les conséquences de la faillite et du rachat des droits TV

Avec la faillite de Mediapro, et le rachat des droits par Canal+, les droits TV sont divisés par deux et obligent à revoir tout le système de distribution. Un collège des clubs de Ligue 1 étudie aujourd’hui la question et souhaiterait revenir à l’ancien système qui a fonctionné de 2016 à 2020 , plus favorable aux grands clubs.

Sur la base des recettes qui seront finalement perçues cette saison, certains vont y perdre plus que d'autres. En effet, en se basant sur le classement à la 25e journée, les onze derniers du Championnat verraient leurs recettes baisser. Bordeaux (11e) perdrait ainsi 2,1 millions d'euros. Tous les suivants seraient impactés jusqu'à Nîmes (20e), qui aurait 1,2 million d'euros en moins. Ces sommes peuvent sembler “dérisoires” pour certains gros clubs, mais pour les petits budgets de Ligue 1, elles représentent un gros manque à gagner.

Le collège de clubs qui travaille sur la question, est partagé. Les gros clubs estiment qu’il faut revenir à l’ancien système, puisque le nouveau a été fondé sur des sommes qui n’existeront finalement pas. Même si les plus petits clubs semblent d’accord pour dire que les choses ont effectivement changé, ils estiment néanmoins que quelques millions d’euros en plus ou en moins pour le PSG par exemple, n'impactent pas son budget.

Thibault Delaunay : "Certains supporters ont l'impression de se faire voler l'identité de leur club"

#Ligue1

Commentaires