Les grandes lignes de l'interview de Gérard Lopez sur RMC Sport

22/06 - 08:42 | Il y a 2 mois
Retrouvez les propos de Gérard Lopez lors de son entretien sur RMC Sport dans l'émission Rothen S'enflamme.
Les grandes lignes de l'interview de Gérard Lopez sur RMC Sport

© Iconsport

portrait.jpg (31 KB)
@iconsport

Son avis sur la situation financière du club

Gérard Lopez dans Rothen S'enflamme : « Je remets la main à la poche » « On a anticipé à plusieurs niveaux. [...] Le premier c’est que l’on connaissait le déficit et on savait comment le combler. J’avais promis de rester au club même si on allait en Ligue 2 et c’est ce que je fais. Pour le dire vulgairement je remets la main à la poche. [...] Il y a de l’argent qui arrive de la Ligue (avec une aide à la relégation) et puis il y a environ la moitié qui viendrait des ventes. [...]

Les ventes, on est assez certain de les faire même si maintenant cela va devoir attendre un peu. Dans tout ce contexte-là, il y a des garanties qui ont été données déjà par le passé et qui existent jusqu’au 30 juin. D’ailleurs, elles devraient être valables mais on va dire que les prêteurs ont une approche un peu différente, et donc là, cela nous a forcés à tous se mettre autour de la table pour cette fameuse garantie. »

« Il reste 22 millions à trouver »

« Il reste 22 millions à trouver. [...] En fait, cela se passe toujours comme cela avec la DNCG. Tous les clubs vendent, et ce qu’il faut, c’est donner une garantie sur les ventes. Et c’est là- dessus qu’il y a eu la plus grosse différence. [...]

Bien sûr qu'il y a un risque de dépôt de bilan. On ne va pas dire qu’il n’y a pas de risque. Tant qu’il n’y a pas d’accord, il y a clairement ce risque-là. Tout à fait. [...] On dit qu’il y a des conversations qui sont positives mais il n’y a pas encore d’accord. S’il y avait un accord, je serais en train de dire que l’on est plus ou moins sûr que cela va bien se passer. »

 

 

« La seule façon de fonctionner c'est par le sportif et de remonter »

« Lorsqu'on reprend le club, il avait des pertes énormes, entre 75-80 millions d'euros, c'est énormissime. On a réussi à réduire les coûts l'année passée, on fait encore une grosse réduction maintenant, mais même en faisant cette réduction-là, en dessous de ça, c'est presque impossible aux Girondins de fonctionner, donc la seule façon de fonctionner c'est par le sportif et de remonter. C'est l'objectif. [...]

Il y a beaucoup de travail qui a été fait, beaucoup de joueurs analysés et choisis, y compris avec l'entraîneur. L'idée c'est de construire un effectif avec des joueurs compatibles Ligue 2, expérimentés et avec du caractère. On ne peut pas s'attendre à ce que des joueurs de 19-20 ans portent le club. Il y a des joueurs qui se sont engagés avec nous moralement et verbalement mais la situation fait que c'est compliqué pour les contrats. [...] Est-ce que les Girondins de Bordeaux aujourd'hui sont en Ligue 2 ? Factuellement, la réponse est non.

Est-ce que les Girondins de Bordeaux y croient ? Clairement oui. On ne passe pas par ces moments-là si on n'y croit pas dur comme fer. Il faut qu'on bosse pour y être. Moi qui y bosse tous les jours, je vous dis que j'y serai à 100%. »

 

 

Ce qu’il pense de son ancien club, le LOSC

« Je n’ai pas de problème à dire qu’Olivier Létang est responsable de ne pas avoir payé ses factures. [...] Expliquez-moi la difficulté : il y a quand même eu presque 180 millions de ventes qui ont été faites à Lille. Aujourd’hui ils ont un effectif de joueurs, même si le sportif a été très mal géré. [...] Osimhen c’est l’exemple type : il sauve le club pendant la période du Covid, le club avait besoin de presque 40 millions à rembourser. C’est le deal d’Osimhen qui sauve le club. Effectivement il y a pour 20 millions de joueurs achetés mais je peux aussi dire que le défenseur central d’Arsenal qui était chez nous, a été prêté à Troyes sans jouer une minute.

Il a été prêté quelque part en Europe de l’Est et est revenu chez nous puis a été vendu pour 28 millions. Dire aujourd’hui que ces joueurs achetés ça ne vaut pas un clou, cela ne m’intéresse pas. C’est les ventes de Mike Maignan, celle de Botman ou de Renato Sanches qui font que ce club a l’un des effectifs les plus riches en France.

Ou en tout cas l’avait quand je l’ai laissé, puisque le club est devenu champion. Aujourd’hui ce n’est plus moi qui m’en occupe. On peut dire que le sportif a été mal géré. [...] Bien entendu qu’ils ont des commissions à régler puisque des agents ont fait leur travail et doivent être payés. Depuis quand on ne paye pas les factures que l’on doit payer ? [...]

Combien de joueurs a vendu le LOSC pour survivre maintenant ? Combien de joueurs ont-ils vendu depuis que je suis parti ? Aucun. Donc est-ce un club en difficulté ? [...] Mais pourquoi ne pas vendre des joueurs. Comment font-ils alors ? Ils ont des arbres où l’argent pousse. Moi je pose la question. Si vous avez des difficultés, que faire ? Vous vendez des joueurs. Cette année, c’est l’un des clubs qui sera le plus profitable en Europe. »

Retranscription RMC Sport.