Mercato : qui est João Sacramento évoqué pour succéder à Vladimir Petkovic ?

12/01 - 19:21 | Il y a 1 semaine
De Braga ou il effectue ses premiers pas dans le football, à la Roma où il était jusqu'à récemment l’adjoint de José Mourinho, retour sur le parcours de João Sacramento pisté pour remplacer Vladimir Petkovic à Bordeaux.

Son nom est une nouvelle fois évoqué à Bordeaux. Selon les informations de Foot Mercato, si les résultats des Marine et Blanc ne s’améliorent pas, la direction bordelaise songe à remplacer Vladimir Petkovic par Joao Sacramento. Ce dernier était déjà dans la short list des entraîneurs pour succéder à Jean-Louis Gasset. Méconnu jusqu'à peu, le portugais âgé de seulement 32 ans est en train de se faire un nom dans le football.

Repéré par Luis Campos

 

Comme son mentor José Mourinho, João Sacramento n’a pas de carrière professionnelle à son actif. Alors simple joueur du centre de formation de Braga, il décide de se reconvertir dans le métier d'analyste tactique.

Ses premières armes, il les fait au Pays de Galles. D’abord en tant que recruteur de Cardiff et entraîneur assistant de l’équipe réserve pendant moins d’un an (septembre 2009-Juin 2010). Repéré dans le pays, ce dernier intègre la sélection nationale en tant qu'analyste vidéo pendant 2 ans.

Après son passage en terre galloise, le natif de Barcelos intègre le staff de l’Argentine pour la Coupe du Monde 2014. Simple hasard ou pas, l'Albiceleste n’échoue qu’en finale contre l’Allemagne. Le travail de Joao Sacramento est remarqué par Luis Campos.

L’influent directeur sportif de l’AS Monaco à l’époque, l'intègre dans sa cellule de recrutement. Pendant 3 ans, ce dernier participe à la très belle réussite du projet monégasque basé sur le trading avec notamment les arrivées de Bernardo Silva, Fabinho ou encore Anthony Martial. Des recrutements qui offriront un titre de champion de France à l’ASM en 2017.

De blacklisté à regretté


Apprécié pour ses compétences par Luis Campos, João Sacramento ne va pas hésiter à le suivre à Lille qui vient de se faire racheter par un certain Gérard Lopez en janvier 2017. Préparant le travail pour l’arrivée de Marcelo Bielsa la saison suivante, l’entraîneur portugais intègre le staff de l’équipe professionnelle en tant qu’adjoint.

Problème, les débuts de El Loco avec le LOSC sont catastrophiques et ce dernier est en conflit avec Luis Campos. Identifié comme trop proche du directeur sportif indique RMC Sport, Marcelo Bielsa l’écarte de son staff. L’actuel coach de Leeds United est débarqué de Lille, quelques semaines après.

Pour effectuer l’intérim avant de trouver un successeur à Bielsa, Gérard Lopez décide de confier la gestion de l’équipe à João Sacramento. Non titulaire du BEPF, ce dernier cède sa place à l’occasion des matchs à Fernando Da Cruz. Mais dans l’esprit du club, le portugais est le numéro un. Pendant sa brève période en tant qu’entraîneur principal des Dogues, il enregistre un bilan plutôt flatteur de 2 victoires, 1 nul et 4 défaites.

Avec l’arrivée de Christophe Galtier, le natif de Barcelos retrouve son poste d’adjoint. Mais son travail est loué par le club et remarqué par José Mourinho. À la recherche d’un adjoint pour son nouveau projet à Tottenham, le special one pense au portugais qui atteint à peine la trentaine à ce moment-là.

Indispensable à José Mourinho


Rapidement dans son élément chez les Spurs, João Sacramento prend de plus en plus d’importance au sein du staff. Le documentaire d’Amazon Prime sur la première saison de Tottenham sous José Mourinho témoigne de la capacité de travail de l’ancien adjoint du LOSC qui semble également très apprécié par les joueurs.

Le Special One débarqué de Tottenham n’hésite pas à le ramener dans ses bagages cet été, dans sa nouvelle aventure à l’AS Roma. Mais voilà, l’adjoint âgé de 32 ans décide de quitter le club romain afin de lancer définitivement sa carrière d’entraîneur principal.

Désormais libre comme l’air, il est fort probable que si Gérard Lopez vient à changer de coach à Bordeaux, le nom du Portugais serait en pole position, même s'il n'a jamais dirigé une équipe comme numéro 1. Il fait partie du réseau Lopez et Lopes.

M.M


Mehdi Zerkane : "Je n'accepte pas d'être traité de menteur"


 

#Transferts COMMENTAIRES