Un nouvel actionnaire aux Girondins de Bordeaux pour passer l'obstacle DNCG ?

13/07 - 18:25 | Il y a 3 mois

C’est jeudi que les Girondins de Bordeaux passent devant le gendarme financier du foot professionnel français, la DNCG. Pour la première fois, Bordeaux pourrait être recalé. Le propriétaire King Street se poserait des questions sur la suite à donner à son investissement en Gironde.

Le scénario avec l'arrivée d'un nouvel entrant dans le capital du club pourrait apparaître comme une issue favorable. Même si aujourd'hui, King Street n'a pas communiqué à ce sujet. 

Les comptes des Girondins dans le rouge vif

Avec à nouveau au moins 30 M€ de déficit à la clôture du 30 juin, les finances des Girondins de Bordeaux sont dans le mal. La perte est importante. Le FCGB vit au-dessus de ses moyens et de ses résultats. Conséquence, la DNCG devrait demander aux Américains de recapitaliser. En d'autres termes, il va falloir injecter de l'argent dans le capital du club pour que l’entreprise Girondins de Bordeaux reste viable. 

La fameuse lettre de confort réalisé par M6 en son temps et la saison dernière par King Street ne suffit plus. La recapitalisation est impérative. C'est tout l’enjeu de ce passage devant la DNCG.

King Street pas chaud pour injecter du cash

Sans apport d'argent, les Girondins de Bordeaux ne passeraient pas l’examen de leur compte. Ils seraient recalés. Le report du premier rendez-vous devant la DNCG n’est pas étranger à cette situation. Bordeaux n’était pas prêt selon nos informations. En effet, King Street hésiterait à injecter de nouveau de l’argent dans l'entreprise FCGB. Il faut dire que les possibilités de retour sur investissement sont quasi nulles en l'état. Ce n’est pas parce que King Street a gagné de l’argent avec de bons investissements récemment qu’il fera un effort pour les Girondins. En outre, King Street n’a pas vocation à financer à perte un train de vie que club ne peut pas assumer (NDLR environ 100M€/saison).

Par Conséquent, quelles sont alors les possibilités qui s’offrent aux Girondins de Bordeaux ? Et quel est le montant attendu par la DNCG pour renflouer les caisses du FCGB ?

L’entrée d’un nouvel actionnaire pour sauver le FCGB

Il n'y a pas trente-six solutions comme dirait l’autre. Il faut de l’argent pour que Bordeaux valide ses comptes devant la DNCG, et reste en Ligue 1 la saison prochaine. La lettre de confort et les engagements de vente de joueurs lors des prochains mercatos ne suffiront pas. On peut estimer la  somme nécessaire à environ 30M€ pour passer l’étape DNCG. Elle devra être équivalente au déficit. Ce dernier reste toutefois à confirmer.

Le propriétaire américain pourrait alors se décider d’ouvrir le capital des Girondins de Bordeaux à un nouvel actionnaire/investisseurs. Il existe aujourd'hui des personnalités et des investisseurs qui sont prêts à saisir l’occasion. Ainsi, le nouvel entrant va injecter de l’argent frais et devenir actionnaire des Girondins. C’est sans doute la meilleure solution pour passer l’obstacle et lancer la saison tant bien que mal.

Depuis plusieurs mois, l’homme d’affaires Bruno Fievet a déclaré médiatiquement son envie de racheter les Girondins de Bordeaux. Si King Street lui en laisse l’occasion, il pourrait accepter d’entrer dans le capital, de mettre un pied dans le club pour le sauver. 

Le cas d’Olivier Letang, ancien dirigeant expérimenté, doit aussi être pris en compte. Au contraire, lui ne s’est jamais exprimé publiquement sur ce sujet. Il n’a pas non plus démenti l'information du journaliste Manu Lonjon qui a révélé son intérêt pour Bordeaux. Son expérience est un atout qui pourrait séduire King Street. À la différence de Bruno Fievet, il a déjà pas mal bourlingué avec des postes à responsabilité à Reims, Paris et Rennes.

Coup double pour King Street ?

Ce néo investisseur demanderait alors certainement des garanties sur la gestion du club, afin d'avoir la mainmise sur l’opérationnel. King Street pourrait alors tirer un trait sur la présidence embarrassante de Frédéric Longuépée qui a mis le feu à tous les étages chez les Girondins. S’en serait fini du conflit avec les supporters.

Ce serait un joli coup pour le fonds d’investissement américain. Il amènerait de l’argent frais, et passerait la DNCG. De plus, il partagerait aussi les risques financiers. Enfin, le climat avec les supporters serait assaini.

La nouvelle équipe opérationnelle des Girondins de Bordeaux pourrait alors stopper l’hémorragie avant de lancer plus tard une nouvelle dynamique. Il ne faut surtout pas sous-estimer le chantier qui est énorme au château du Haillan.

Ce scénario que nous venons de vous dérouler est une version optimiste de l’histoire. Il est conditionné par la volonté de King Street d’ouvrir son capital pour sauver le club. Dans ce contexte, les négociations entre les parties doivent aussi aboutir rapidement. Si ce n’est pas le cas, la décision de la DNCG pourrait être suspendue et mise en attente avant la levée des réserves. L'ASSE en a fait les frais récemment. Le feuilleton ne fait que commencer.

#Club

Commentaires