Vladimir Petkovic : “La seule chose qui est importante, c’est de continuer à travailler ensemble”

14/01 - 19:30 | Il y a 6 jours
L’entraîneur des Girondins de Bordeaux a livré son sentiment sur le match à venir contre le Stade Rennais, dimanche à 13h.

Englué à la 17e place à seulement un petit point du 19e, le FC Metz, les Marine et Blanc comptent bien lancer leur opération commando dimanche contre Rennes. L'entraîneur bordelais Vladimir Petkovic a évoqué notamment la spirale négative des derniers matchs (3 défaites consécutives).

“Il faut que tout le monde se concentre sur ce qu’ils doivent faire”


Vladimir Petkovic : “La seule chose qui est importante, c’est de continuer à travailler et réussir à nous sortir de cette spirale négative. Quand on a des difficultés, elles se rajoutent au fur et à mesure. C’est un peu qui s’est passé lors du dernier match alors qu’on avait mieux fini l’année. Maintenant, il faut que tout le monde se concentre sur ce qu’ils doivent faire et s’améliorer collectivement” ajoute-t-il à ce sujet."

“Costil ne doit pas prendre l’entièreté de la responsabilité de l’erreur”


Le coach helvète a également indiqué l’état mental de Benoît Costil qui a commis une erreur entraînant le seul but de la rencontre contre Marseille.

“Je l’ai trouvé bien, c'est un leader important pour l’équipe. Il nous a sauvés deux ou trois fois, j’ai entendu son interview après le match, je lui ai dit qu’il ne devait pas prendre l’entièreté de la responsabilité de l’erreur”

“On a fait beaucoup de progrès”


Enfin, Vladimir Petkovic s’est livré sur la progression des Marine et Blanc, ces derniers mois.

"On a fait beaucoup de progrès. Après, il y a eu la Covid qui a perturbé nos derniers matchs. Nous avons pris plus conscience de toutes les choses ce qui fait que nous travaillons encore plus ensemble.Ce qu’on a fait de bien pour l’instant, c’est de rester compact maintenant il faut être plus proactif devant. On veut prendre un peu plus de risque parce qu’on  sait que Rennes n’est pas dans un moment idéal” conclut-il son propos.

 


La réponse décapante de Winamax à Bordeaux


 

COMMENTAIRES