Data Girondins : Albert Riera a-t-il raison ?

04/12 - 12:18 | Il y a 3 mois
Au menu de Data Girondins ce lundi, les statistiques avancées de la rencontre entre Bordeaux et Troyes (0-1). Elles démontrent que l'adversaire des Girondins avait parfaitement lu les faiblesses de l'équipe d'Albert Riera, à l'image de Laval qui s'était aussi imposé au Matmut sur le même score dans des conditions similaires. Détails.
Data Girondins : Albert Riera a-t-il raison ?

© Iconsport

Dans Data Girondins, nous regardons autrement les performances en mettant en avant des données au travers d'une infographie, accompagnée d'explications. Il s'agit ici de données avancées.

Éléments de vocabulaires, infographie et commentaires

 

Intensité défensive : plus le chiffre est petit, meilleur c'est. Bordeaux avait le temps de faire 9 passes en moyenne avant que Troyes ne tente une intervention défensive. Alors que Troyes avait le temps de faire 6 passes avant que Bordeaux ne tente une intervention défensive.

Expected Goals : cela permet de mesurer la qualité d'une occasion de but. C'est la probabilité qu'un tir soit converti en but. C'est un outil statistique permettant d'évaluer la qualité d'une occasion, et donc le nombre de buts qu'un joueur ou une équipe aurait dû marquer pendant une période donnée. Ici, Bordeaux est encore au-dessus de son adversaire : 1,99xG contre 1,35x. Ça reste élevé chez les deux équipes.

Pourcentage de contre pressing : % de fois où dans le camp adverse l'équipe a tenté une récupération de balle sur le porteur du ballon dans les 6 secondes de la perte. Là encore, Bordeaux domine largement dans l’intention.

L'infographie :

Bordeaux-Troyes.gif (361 KB)


Commentaires :

Dans les intensions les Girondins de Bordeaux dominent leur adversaire troyen à l'exception de critère le plus utile en football : l'efficacité devant le but. Sans marquer, il est impossible de gagner un match même si tu as les meilleures intentions de jeu et la volonté de faire du beau jeu.

Troyes a axé son plan de jeu en laissant la domination et le ballon à Bordeaux afin d'aspirer l'équipe Marine et Blanche, et la contrer dans le dos pour profiter de la lenteur des défenseurs des Girondins. Ce n'est pas sans rappeler les comportements de Laval ou encore de Rodez sur la pelouse du Matmut Atlantique. Ce n'est donc pas nouveau.

De plus, en ratant 3 grosses occasions de but par Davitashvili et Vipontik, Bordeaux ne valide pas la mise en place tactique de Riera, pourtant les Girondins dominent leur adversaire dans la qualité technique, les duels, la possession, le xG, la domination dans le camp adverse et la hauteur de bloc.

Troyes a été plus efficace en convertissant sa grosse occasion de but et son gardien a brillé.

Donc oui, on peut comprendre Albert Riera au regard des statistiques quand il dit après le match devant les médias : "C’est difficile à digérer, quand tu es meilleur que l’adversaire même à 10".

Sauf que le football professionnel se sanctionne par le résultat. Et aujourd'hui, le bilan du coach espagnol est négatif sur ce point. Cela pose question : les joueurs ne sont-ils pas surchargés de consignes inhibant leur spontanéité et leur efficacité devant le but ? Est-il mieux de remplir une feuille de statistique en vert au détriment d'un plan de jeu qui apporte du résultat ?

Toute fois, nous avons bien compris qu'Albert Riera veut gagner à sa façon et qu'il ne devrait pas changer de cap. L'objectif du club est clair : monter en Ligue 1, même si c'est le maintien qui se profile au regard du classement. Néanmoins, il reste 3 matchs avant la trêve au technicien espagnol pour démontrer que sa vision est la bonne.

N.P

#Data Girondins