Droits TV : "Le problème du foot français, c'est qu'il raisonne complètement à l'envers"

10/06 - 17:01 | Il y a 6 jours
Pour les Grandes Gueules du Sport, Cyril Linette veut démontrer qu'un abonnement à 25€ n'a aucune chance de marcher auprès du public français, et que le football français doit raisonner autrement s'il veut gagner en audience sur les matchs de Ligue 1.
Droits TV : "Le problème du foot français, c'est qu'il raisonne complètement à l'envers"

© Iconsport

"L'intérêt pour le foot de club est bien moindre"


Cyril Linette sur RMC : "25€ c'est impossible, c'est le double de Netflix, d'Amazon, de Spotify. Ce n’est pas possible. Une chaîne de télé ce n’est pas acheter une régie comme je l'ai lu dans la presse ou avoir une rédaction, c'est de l'abonnement. L'abonnement c'est de la fidélisation, du recrutement, c'est un vrai métier, du marketing qui coûte beaucoup d'argent donc il faut compter que les coûts vont fortement augmenter. Ce n’est pas simplement des coûts liés au paiement des salaires des journalistes ou des réalisateurs, c'est très très cher.

Le problème du foot français, c'est qu'il raisonne complètement à l'envers, c'est-à-dire que quand on crée un business, on se dit d'abord j'ai un produit, il y a un marché et je vais voir comment je vais pouvoir le vendre et on verra le résultat financier au final. Là, on part du contraire. On dit qu'il nous faut tant, et on va voir un diffuseur, et le diffuseur dit « c'est trop cher pour moi », là on va aller voir les clients, on va leur dire qu’il nous faut tant, il faut que vous mettiez 25€, le client va faire la même réponse, il va dire que ça ne marche pas. J'ai connu ça au PMU, c'est le même système. On dit aux patrons du PMU, il nous faut 800M€ par an. Le PMU y arrive, mais le PMU c'est une société commerciale avec un réseau de distribution, avec du marketing. Il a ce savoir-faire que n’ont pas du tout les équipes de la Ligue.

Du côté de la gouvernance du foot français, ça fait 20 ans qu’on ne nous comprend pas ça, qu'on est dans un aveuglement lié à des droits surpayés en raison d'un contexte concurrentiel qui n'existe plus. Or l'intérêt pour le foot de club est bien moindre. On n’est pas dans le Big five et les résultats en Coupe d'Europe en témoignent. On n’est pas au niveau de l'Italie, de l'Angleterre, de l'Allemagne ou de l'Espagne, on n'y est plus, on n'y est pas du tout."

 

 

Une chaîne à 8-10 € pour remassifier les audiences


"Et enfin je termine dans l'économie en général, tout ce qui est moyen et vendu cher périclite (Déf : Aller à sa ruine). C'est vrai dans la chaussure, c'est vrai dans l'habillement, c'est vrai dans l'hôtellerie, c'est vrai dans la restauration. Il y a 2 choses qui fonctionnent, il y a le premium, le luxe et il y a le low cost. Donc la solution pour la Ligue et pour le football français, c'est d’enfin comprendre que son vrai montant c’est peut-être 300 ou 400 M€ d'euros, que l'endroit où on se situe, c'est très loin des 4 premiers, mais très au-dessus de tous les autres.

Et c'est soit de se livrer à un diffuseur pour ces montants-là, soit de lancer une chaîne, mais avec ce type d'ambition là en disant, ce sera peut-être 200, ce sera peut-être 300 M€ par an, mais au moins on va remassifier les audiences. On va retrouver des audiences importantes. On va faire une chaîne à 8, 10€ qui va intéresser les plus jeunes et derrière on pourra peut-être monter en gamme. Mais 25€ c'est impossible, à tel point que je continue de penser que c'est une opération de communication."

 

>> Un Matmut Atlantique complet pour assister à France-Canada

 

Notre podcast à écouter :