Girondins. "Michael Edwards, le monsieur football du Fenway Sports Group"

09/07 - 18:50 | Il y a 6 jours
David Gluzman, spécialiste de la multipropriété des clubs et en financement structuré a fait un focus sur l'un des hommes forts du Fenway Sports Group, Michael Edwards. C’est par exemple lui qui a construit le Liverpool moderne. C'était dans notre émission le Midi Dix ce mardi.
Girondins. "Michael Edwards, le monsieur football du Fenway Sports Group"

© Iconsport

Écoutez ces propos ou lisez-les ci-dessous :

 

"Fenway Sports Group avait dans l'idée de bâtir une galaxie de clubs"

David Gluzman dans le Midi Dix sur WebGirondins : "Je ne suis pas très étonné par l'identité de l'acquéreur dans la mesure ou le Fenway Sports Group a (re)débauchés l'homme qui a bâti le Liverpool moderne. Il s'appelle Michael Edwards. Je vais vous en faire une présentation un peu détaillée parce que c'est quelqu'un que j'ai suivi depuis son arrivée à Liverpool. J'ai été étonné par ses résultats rapides, et j'ai été agréablement surpris par son parcours. Michael Edwards c'est un ancien footballeur amateur ou semi-amateur qui n’a jamais réussi à percer dans les basses divisions anglaises. Il s'est donc tourné vers la data.

C'est un ancien prof d'informatique, Michael Edwards. Comment il a réussi à mettre un pied dans le football ? Au début des années 2000, il y a un logiciel qui est l'ancêtre d'Opta, de WhoScored, de Wyscout, qui s'appelle Prozone. Et Prozone, c'est le premier logiciel de data dans le monde du football.

Ça a été conçu par un ancien ingénieur, et un des premiers à le mettre en place, même le premier à vraiment avoir fait confiance au logiciel, c'est Harry Redknapp à Portsmouth. Et Harry Redknapp, il ne comprenait absolument rien à la data. Et il y a quelqu'un qui a dit « Mais moi, je connais un mec qui est prof d'informatique, qui est passionné de data, qui est passionné de football, un ancien joueur de centre de formation et qui peut t'aider. » Donc, il est rentré à Portsmouth avec cette approche très data."

"Il a gravi tous les échelons jusqu'à devenir directeur sportif et à mettre en place toute la stratégie sportive de Liverpool"

Il poursuit : "De là, il a été recruté par Tottenham, et il est arrivé à Liverpool, vous allez voir la connexion française, via Damien Comoli, qui est président délégué de Toulouse actuellement, qui est très poussé, qui est très porté data, et qui l'a recruté au moment où il était à Liverpool. À Liverpool, il a gravi tous les échelons jusqu'à devenir directeur sportif et à mettre en place toute la stratégie sportive de Liverpool. C'est lui qui a choisi Jürgen Klopp, c'est lui qui a recruté Mo Salah contre l'avis de Jürgen Klopp qui voulait Julian Brandt, c'est lui qui a recruté Alisson, c'est lui qui a recruté Roberto Firmino.

Il n'a pas très que bien recruté pardon, parce qu'il a aussi recruté Tiago Ilori qui est passé par Bordeaux, et qui n'a pas laissé un souvenir impérissable. Mais c'est quelqu'un qui met la réflexion, la planification et la data au centre de sa stratégie. C'est un trader dans le bon sens du terme.

Liverpool, c'est des dizaines de millions d'euros de joueurs du centre de formation qui ont été sortis pour financer l'achat de recrutement qualitatif. Ce sont des joueurs dont plus personne n'en a quasiment jamais entendu parler. Jordan Haïb, Bradley Smith, Danny Ward. Là, on a quasiment 60 millions de livres de joueurs qui ont été sortis pour financer l'arrivée de joueurs performants."

"Il cherchait depuis plusieurs mois au Portugal, en Espagne, en Belgique, et en France"


"Donc Michael Edwards était parti il y a deux ans, après le titre, après la Ligue des Champions gagnée par Liverpool. Et il a été redébauché parce que le Fenway Sports Group avait dans l'idée de bâtir une galaxie de clubs. Et donc, il cherchait depuis plusieurs mois au Portugal, en Espagne, en Belgique, et en France. Je ne suis pas du tout étonné qu'ils jettent leur dévolu sur Bordeaux."

>> Première décision forte d'Albert Riera ?

#Rachat Girondins