Le constat sans concession d'Albert Riera sur son arrivée aux Girondins

29/02 - 16:57 | Il y a 4 mois
L'entraineur des Girondins de Bordeaux était devant les médias ce jeudi matin. Il revient sur les conditions de son arrivée aux Girondins et pointe du doigt l'héritage de son prédécesseur sans le nommer, David Guion. Voici ce qu'il faut retenir de son intervention.
Le constat sans concession d'Albert Riera sur son arrivée aux Girondins

© Iconsport

"Jouer et gagner pour Alberth Elis"

Albert Riera : "J’ai la chance d’être en contact avec les parents d’Alberth Elis. Ils m’ont donné beaucoup d’espoir. Il commence à se réveiller un peu. Ils ont communiqué aussi. On doit tous être très prudents, car c’est un accident très grave. On a un espoir qui fait du bien à tous. J’avais besoin de donner de l’espoir à l’équipe. Dimanche c’était très dur. On devait être ensemble, c’est pour ça que nous nous sommes vus dimanche. Lundi c’était repris. On a repris mardi. C'était un entrainement difficile. L'ambiance n’était pas au mieux. Après cet espoir, on est beaucoup mieux, et on s’est sorti du poids qu’on avait. On reste prudent, mais on est content de cette progression. Cela nous donne de la force et de la motivation. On veut jouer pour lui, gagner pour Alberth."

"L’équipe a bien réagi pendant le match"

 

"Durant ma carrière de joueur, j'avais vécu une situation similaire avec un coéquipier. Au moment de l’accident, Pedro Diaz était très près de lui. C’est pour ça que je l’ai appelé. L’équipe a bien réagi pendant le match. Quand tu es sur le terrain, tu n’as pas le temps de penser, tu es concentré sur le match. À la mi-temps c'était dur. Le docteur a dit quelques mots pour tranquilliser les joueurs. Mardi à la reprise de l’entraînement, on a parlé avec les joueurs. Aujourd’hui, nous allons faire un entraînement technique et tactique pour préparer Rodez."

Deux grosses absences : Nsimba et Elis

 

"Vital Nsimba sera absent 6, 7, 8 semaines, on ne sait pas combien de temps il sera absent. C’est un choc qui s’est passé avec Alberth. C’est aussi une perte concernant Vital, car il est très important dans le vestiaire et aussi sur le terrain. Ce sont deux grosses absences pour nous. Je vais devoir manager le groupe comme lors de mon arrivée où l’équipe était malade psychologiquement. Je ne pouvais pas apprécier et m’appuyer sur ce qui avait été fait avant (par David Guion, NDLR). J'ai dû beaucoup travailler. Je ne remercie pas la situation que j’ai trouvée à mon arrivée, il y avait beaucoup de déficits sur le terrain et en dehors du terrain. Avec ces deux joueurs absents, Elis et Nsimba, je vais devoir gérer ces pertes aussi bien sportivement que psychologiquement."

"À mon arrivée les joueurs étaient bloqués mentalement"


"La deuxième mi-temps face à Guingamp, on n’avait pas le ballon, mais défensivement l’équipe a fait un très bon travail dans son terrain. La mentalité, le caractère, l'état d’esprit du vestiaire ont changé. Ce n’était pas un problème technique et tactique. Il y avait un déficit mental très important à ce niveau. Le travail que l’on a fait sur ce point porte ses fruits. Les joueurs étaient bloqués mentalement. Maintenant, on peut parler au niveau technique et tactique que l’on doit améliorer."

"On doit se concentrer sur notre travail, et ne pas prendre un carton dès la troisième minute"

"Tous les matchs sont importants, mais celui de Rodez n’est pas définitif. Même si on gagne à Rodez, le prochain match sera aussi important. On doit penser à nous, mais tous les matchs sont importants. Il reste seulement 12 matchs, on n’a plus beaucoup de possibilités. Rodez est un adversaire direct avec nous, ils ont trois points de plus que nous. On peut les rattraper si on gagne. Toutes les erreurs seront payées très cher. On est une équipe qui commence très bien les matchs. Ce sera important de bien débuter. Les joueurs ont une nouvelle motivation forte. Je suis sûr que l’ont va bien figurer. C’est magnifique, car on nous a positionné un arbitre spécial (Monsieur Turpin, NDLR).

Au match aller, je l’ai dit, ce n’est pas la guerre, c’est un match de foot. On doit se concentrer sur notre travail, et ne pas prendre un carton dès la troisième minute. Nous, on veut les trois points et faire des choses que l’on travaille. Il faut oublier le contexte. Lors du match aller, nous aurions dû marquer le 3e but (Bordeaux avait concédé le nul 2 à 2, NDLR). Tout ce qui se passe sur le terrain reste sur le terrain. Quand c’est fini, c’est fini. Ce n’est pas la guerre."

"Marvin De Lima est une option"

"Marvin de Lima est une option au poste de latéral gauche, car il a déjà joué dans cette position. Défensivement il doit travailler comme latéral. Or nous on attaque plus qu’on défend. Je le considère plus offensif que défensif. Il y a Jacques Ékomié aussi qui est le changement naturel. Concernant Alberth, on n’a pas un effectif large pour choisir, mais on a des solutions. Je ne supprime jamais un joueur de ma liste, je donne toujours l’opportunité aux joueurs. Ils doivent saisir leur moment lorsqu'on fait appel à eux. S’ils ne sont pas dans les 18, c’est qu’ils ont des joueurs devant eux. On a besoin de tous les joueurs, c’est la responsabilité de l’entraîneur de les mobiliser. J’encourage les joueurs qui jouent moins."

 

 

 

>> Girondins : quelles sont les solutions pour Albert Riera face aux absences ?