Rien de rassurant chez les Girondins [Joueur par joueur Entente SSG-Bordeaux]

07/01 - 20:07 | Il y a 6 mois
Les Marine et Blanc se sont qualifiés sans briller avec à l’équipe de National 3 de l’Entente SSG. Mené au score après une boulette de Marcelin, Bordeaux a finalement été meilleur à l’exercice des tirs au but. Retour sur les performances des joueurs et les choix du coach.
Rien de rassurant chez les Girondins [Joueur par joueur Entente SSG-Bordeaux]

© Iconsport

Albert Riera : le technicien espagnol a innové en faisant jouer Livolant arrière droit et ailier droit. Un système mouvant avec Issouf Sissokho qui vient couvrir les montées de l'ancien Guingampais. On a même vu parfois Ignatenko dans l’axe central de la défense. Ses joueurs ont encore manqué de spontanéité offensive. Pire, c’est le club de 5e division qui a dicté le rythme du match aux Bordelais pendant plus d’une heure. De plus, la qualité technique des joueurs bordelais fait peur dans cette rencontre avec trop de pertes de balles et aucune frappe cadrée avant le but d’Ignatenko à la 66e. Enfin, il aligne Marcelin et Biumla comme face à Canet où les deux hommes avaient manqué d'automatismes, concédant l’ouverture du score une fois de plus.

Kalle Johnsson : dominé sur l’ouverture du score, il sauve son match en étant tonique dans la séance de tirs au but. Il faut un arrêt décisif qui permet à Bordeaux de se qualifier.

Vital Nsimba : latéral gauche et ailier gauche. Il a toutes les peines du monde à faire la différence offensivement et subit les assauts adverses sur le plan défensif. Il ne réussit aucun centre et il perd 19 ballons. Remplacé à la 63e par Marvin de Lima. Le jeune bordelais amène sa qualité technique et de percussion.

Jean Marcelin : sa lenteur d’exécution et son manque de mobilité coûtent l’ouverture du score à Bordeaux. Sur un ballon en profondeur, il gère mal son contrôle et perd le cuir qui finit au fond des filets de Johnsson. Il reste costaud dans les duels avec 7 gagnés sur 13.

Emmanuel Biumla : il perd peu de ballons. Positionné dans l'axe central gauche, il n’est pas à l’aise pour couvrir Nsimba face à la rapidité des adversaires. Il gagne deux duels en 62 minutes. Remplacé par Yoann Barbet qui amène plus de maîtrise dans le placement et la relance en profondeur.

Jérémy Livolant : volontaire, il joue toute la partie dans un rôle hybride, mais il perd 17 ballons. C’est beaucoup.

Danylo Ignatenko : le Bordelais du match. Il a sonné la révolte de son équipe. Le seul capable de mettre de l’intensité pour secouer ses partenaires et l'adversaire. Il marque d’une magnifique reprise de volée sans oublier de chambrer le public. Il perd quand même 20 ballons.

Issouf Sissokho : rôle défensif pour couvrir les montées de Livolant à droite. Il touche 100 ballons mais reste timide dans le jeu d'attaque.

Pedro Diaz : le milieu espagnol tantôt à gauche ou dans l’axe a tenté sa chance sur des frappes lointaines sans réussite. Il remporte tous ses duels au sol (5).

Gaëtan Weissbeck : électron libre, passeur décisif sur le but bordelais, il n’a pas hésité à venir chercher les ballons dans l’entrejeu. Il réussit 5 centres, gagne 4 duels, mais perd 25 ballons en 82 minutes de jeu, c’est énorme.

Aliou Badji : c’est de plus en plus difficile de juger ses prestations tant il y a peu à dire. On note une tête à la 41e qui passe à côté. Il touche 11 ballons en 63 minutes. Remplacé par Zan vipotnik qui cadre une tête à la 93e. Il touche 5 ballons en 27 minutes de jeu. Il rate son tir au but à la séance, ce qui démontre qu’il n’est toujours pas en confiance.

N.P

>> [Replay] Le Débrief à Chaud Entente SSG-Bordeaux (1-1)

À vous de voter :