Trop scolaire et sans détermination [Joueur par joueur Bordeaux-Troyes]

02/12 - 22:40 | Il y a 3 mois
Les Girondins de Bordeaux concèdent leur 7e défaite de la saison en 16 matchs joués. Si au classement la zone de relégation se rapproche, sur le terrain, les attitudes des joueurs et du coach interrogent.
Trop scolaire et sans détermination [Joueur par joueur Bordeaux-Troyes]

© Iconsport

Albert Riera : Prime à l’expérience pour Albert Riera. Malgré son match raté techniquement face au Paris FC, l'entraîneur renouvelle sa confiance à Davitashvili. Sur le plan collectif, il fait confiance aux mêmes joueurs qui n’ont réussi à produire du jeu au Stade de Charlety face au Paris FC. Seul Michelin remplace Bokele à droite. Sans alternative pour le poste d’avant-centre, il titularise Zan Vipotnik. Son équipe a tiré 24 fois au but, cadré 4 fois sans trouver le chemin des filets. Davitashvili a touché 2 fois les poteaux. Ses changements de joueurs n’ont rien apporté, au contraire, on a assisté à un dernier quart d'heure de jeu imbuvable. Changera-t-il ses plans et les hommes à Quevilly ce mardi ?

Rafal Straczek : auteur de parades décisives, notamment en deuxième mi-temps où il fait un arrêt réflexe sur sa ligne avec sa main. Il maintient Bordeaux dans le match à cet instant. Sur l’ouverture du score, il touche le ballon, mais pas suffisamment pour le dévier hors des cages.

Jacques Ekomié : dominé de la tête et des épaules par son adversaire direct, Lefebvre. Il se fait aspirer comme un débutant plus rapide que lui. Il est dominé lors de l'action l’ouverture du score, et se fait exclure en deuxième période. C’est une sale soirée pour lui après un match raté face au Paris FC la semaine dernière. Cette suspension va lui faire du bien.

Yoann Barbet : surpassé par le jeu rapide des attaquants de l’Estac, il a du mal à compenser sa lenteur par son placement. Il a raté des passes dans le jeu court, mais a été utile dans le jeu long sur Vipotnik et Livolant. Il réussit 10 passes en profondeur. Il perd ses 3 duels au sol et gagne le seul duel de la tête qu'il joue.

Stian Gregersen : discret et ne dépasse pas sa fonction de défenseur. Il réalise un match plein défensivement dans les duels (7 duels gagnés).

Clément Michelin : de l’envie, des interceptions et des centres qui ne trouvent pas preneur (7 centres, 2 réussis). Ce rôle de piston est intéressant. Cela peut paraître scolaire parfois, mais il met de l’engagement, et de la détermination avec 6 duels gagnés et 2 interceptions. Il doit plus s’appliquer dans sa dernière passe afin d’être décisif.

Danylo Ignatenko : 4 tirs non cadrés, 4 duels au sol gagnés, du jeu en profondeur réussi, et 2 interceptions. Les chiffres sont flatteurs, car dans la fluidité du jeu, il trouve rarement la passe qui fait le décalage dans l’entre jeu vers Diaz ou Weissbeck.

Pedro Diaz : 10 pertes de balles, c’est trop. On attend qu’il marque enfin d’une frappe lourde dont il a le secret, trop bien gardé. Il a eu des difficultés à combiner avec Weissbeck dans le jeu.

Jérémy Livolant : du jus, de la détermination, de la technique et du sens collectif pour l’ex-Guingampais. Il est le seul à casser les lignes dans l'équipe adverse avec sa vitesse et ses dribbles (6 réussis sur 8). C’est lui qui sert Zuriko lors de son premier tir sur le poteau. Jérémy est en confiance. Dommage que Riera le sorte à la 63e minute de jeu, car c’était le plus percutant côté Girondins

Gaëtan Weissbeck : trop transparent. Se cache-t-il ? Est-il évité par ses coéquipiers ? Il joue bas au milieu pour toucher plus de ballons, mais il n’est pas dans le bon tempo. De plus, il ne donne pas l’impression de tout faire pour sur le plan physique, de la détermination, et de la technique pour faire briller l'équipe et aussi son jeu. Il ne tente aucun dribble ce qui est assez révélateur. Il doit prendre plus de responsabilités sur le terrain à l’image de l'attitude de Jérémy Livolant.

Zuriko Davitashvili : horrible techniquement contre le Paris FC, il s’est ressaisi sur ce point face à Troyes. Il touche deux fois les poteaux, et ne maîtrise donc pas ses gestes de finitions. Seulement 27 ballons touchés en 63 minutes. Il doit gagner plus d'efficacité devant le but.

Zan Vipotnik : 30 ballons touchés, 6 tirs dont 1 cadré. Il manque de vitesse d’exécution dans ses mouvements lorsqu’il est en position de marquer ce qui permet aux défenseurs de le contrer ou de le gêner. Il n’a pas encore pris le rythme de la Ligue 2.

Les entrants : Alberth Elis est une énigme. Comment fait-il pour jouer à ce niveau avec aussi peu de technique ballon au pied ? Il perd un ballon sur 2. Malcom Bokele et Issouf Sissokho n’ont rien apporté de positif à leur entrée. Enfin, Marvin De Lima a amené un peu plus de rapidité dans le jeu, mais il a été trop seul à le faire.

>> Voir le classement de Ligue 2