Admar Lopes : "Justement j’en ai parlé le week-end dernier avec Gérard"

Admar Lopes : "Justement j’en ai parlé le week-end dernier avec Gérard"
22/10 - 10:13 | Il y a 2 mois
Dans une interview à 20minutes, Admar Lopes ne veut pas comparer la situation des Girondins de Bordeaux à celle du LOSC de Bielsa.

En effet, lors de cette saison, le LOSC avait connu un début de championnat catastrophique entraînant le licenciement de son coach Marcelo Bielsa en novemvre 2017. Les nordistes étaient relégables.

Interrogé sur cette similitude entre les deux clubs de Gérard Lopez, le LOSC et les Girondins, Admar Lopes répond.

"Aujourd’hui, le contexte ici est différent"

Admar Lopes dans 20minutes : "C’est marrant parce que justement j’en ai parlé le week-end dernier avec Gérard. Et pour lui par exemple, ce n’est pas la même situation. C’était bien pire à Lille à tous les niveaux. Aujourd’hui, le contexte ici est différent. Je n’ai pas peur de revivre la même saison qu’à Lille. Je pense qu’on va réussir à trouver une certaine stabilité beaucoup plus vite."

Le LOSC avait licencié Bielsa

À Lille, Gérard Lopez avait beaucoup investi dans le mercato sa première année, en recrutant des joueurs pas tout aguerris à la Ligue 1. Cette saison-là, 2017-2018, le LOSC termine 17e de Ligue 1, sauvant de justesse sa place dans l'élite du foot français. Chistophe Galtier était arrivé le 29 décembre sur le banc lillois.

Aux Girondins, l'investissement financier n'est pas le même. En effet, si beaucoup de joueurs sont arrivés au club, nombreux sont ceux qui ont été prêtés (Pembelé, Mensah, Mangas, Élis).

Néanmoins, à Bordeaux comme au LOSC, le recrutement est hors des frontières. Car la majorité des nouveaux joueurs n'ont jamais joué en Ligue 1 et la découvre. Ceci peut expliquer par exemple la difficulté d'adaptation de Fransergio qui jouait à Braga depuis plusieurs saisons. Le rythme entre les deux championnats est différent.

Icon_211017P44507.jpg (429 KB)
Fransergio contre Nantes - Crédit ICONSPORT


Girondins : Abdel Jalil Medioub avance-t-il pas à pas vers une prolongation ?


COMMENTAIRES