Data Girondins : une tendance se dégage dans le jeu de Bordeaux

05/03 - 11:24 | Il y a 3 mois
À Rodez, la prestation collective des Girondins de Bordeaux a été médiocre avec peu d'occasions de but créées et des situations dangereuses concédées sur le but de Johnsson. Depuis le match contre Guingamp, une tendance se dégage dans le jeu bordelais avec une intensité défensive en régression. Détails.
Data Girondins : une tendance se dégage dans le jeu de Bordeaux

© Iconsport

Retrouvez l’infographie avec les statistiques avancées du match Rodez-Bordeaux et l'analyse.

Vocabulaire

Expected Goals : cela permet de mesurer la qualité d'une occasion de but. C'est la probabilité qu'un tir soit converti en but. C'est un outil statistique permettant d'évaluer la qualité d'une occasion, et donc le nombre de buts qu'un joueur ou une équipe aurait dû marquer pendant une période donnée

Intensité défensive : plus le chiffre est petit, meilleur c'est. C'est le nombre de passes que l'adversaire a le temps de faire avant que l'équipe ne tente une intervention défensive.

Infographie

RODEZ-I-BORDEAUX(2).gif (274 KB)

Commentaires : le fait marquant de ce match outre le but inattendu et magnifique de Danylo Ignatenko est la faiblesse du pressing bordelais face à Rodez. Comme face à Guingamp (lire ici le Data Girondins de ce match), c'est Rodez qui a mis plus d’intensité défensive que les Girondins. C’est nouveau depuis deux matchs, car Albert Riera nous avait habitués à presser, et à récupérer le ballon plus haut que son adversaire. Au Stade Paul-Lignon, c’est Rodez qui avait le bloc le plus haut (56m vs 49m pour les Girondins) et qui a mis le plus d’intensité. Nous pouvons ajouter que l’intensité défensive n'était pas très élevée dans ce match, car habituellement Bordeaux n'attend pas 20 passes de l'adversaire en moyenne pour déclencher une action défensive. C'est plutôt autour des 10-12 passes adverses que Bordeaux presse.

Le coach ruthénois Didier Santini avait décidé de rester haut pour cadrer la possession bordelaise loin de son but. Cela a bien fonctionné puisque les Girondins n‘ont touché que 17 ballons dans la surface adverse, contre 26 pour Rodez dans la source de Johnsson. C’est même Rodez qui s’est créé les meilleures occasions de but et qui a joué le plus dans la surface des Girondins (0,88 xG).

Techniquement, le match des Girondins est correct avec 85% de passes réussies, mais la domination n’a pas débouché sur des occasions de buts de qualité. Vipotnik n’a touché que 14 ballons en 90 minutes de jeu, et rate une opportunité de marquer de la tête à la 30e. Nous savons que le jeu aérien n'est pas son point fort.

Ce manque d’intensité défensive auquel nous assistons depuis deux rencontres est-il dû à un problème physique des joueurs des Girondins ? Nous avions évoqué cette hypothèse après Guingamp. Il sera intéressant d’observer l’attitude de l’équipe samedi face à QRM et de déterminer si cette tendance se confirme.

N.P

>> La réserve des Girondins concède le match nul face à Bayonne

 

#Data Girondins