Francis Gillot : "J’ai trouvé mon bonheur à Bordeaux, j’étais très heureux"

Francis Gillot : "J’ai trouvé mon bonheur à Bordeaux, j’étais très heureux"
07/10 - 18:19 | Il y a 3 semaines
À l'occasion des 140 ans des Girondins de Bordeaux nous avons d'interviewé plusieurs personnalités, anciens joueurs, entraîneur autour du club Marine et Blanc.

Nous vous proposons aujourd’hui les mots de Francis Gillot, entraîneur des Girondins de Bordeaux de 2011 à 2014 et vainqueur de la Coupe de France en 2013. C'est une exclusivité pour WebGirondins.

"J’ai trouvé un club très familial malgré sa renommée"

Francis, que signifie pour vous cet anniversaire de 140 ans pour les Girondins de Bordeaux.

Francis Gillot : Bordeaux pour moi c’est un grand club. Ce sont des années en tant que joueur où l’on jouait Bordeaux et où l’on n’avait presque aucune chance de gagner. Bordeaux c’est des noms prestigieux, j’en cite seulement deux, Giresse et Tigana. Ce sont des joueurs hors normes qui ont fait des carrières extraordinaires, et ce sont aussi des gens bien que j'ai retrouvés plus tard en tant qu'entraîneur. C’est un grand club qui n’a pas toujours eu une grande équipe, mais c'est un nom prestigieux du football français.

Quelle est pour vous l'identité des Girondins de Bordeaux ?

Avant que les nouvelles personnes arrivent il y a 4-5 ans, c’était la convivialité. J’ai trouvé un club avec beaucoup de personnes sympas et qui étaient là depuis un moment. Malheureusement ce n’est plus comme ça. Je tiens à le dire, car je connais des personnes qui sont au club et j’en suis malheureux pour eux. J’ai trouvé un club très familial malgré la renommée de ce club. On aurait pu croire que non. J’ai trouvé mon bonheur à Bordeaux, j’étais très heureux et cela s’est très bien passé. J’ai gardé ma maison là- bas, c’est un club et une région que j’adore. D'ailleurs, je suis allé voir deux matchs en début de saison contre Angers et contre Lens. Malheureusement je ne retrouve plus les personnes avec lesquelles on a bataillé pendant 3 ans.

"À chaque fois qu’on a gagné, j’étais content"

Justement, quel est votre meilleur souvenir avec les Girondins ?

C’est quand même la Coupe de France et la finale évidemment (Bordeaux a gagné la Coupe de France en 2013). Après j’en ai d’autres. À chaque fois qu’on a gagné, j’étais content. Je suis comme ça, quand je perds j’ai beaucoup de mal à faire passer la pilule, comme tous les entraîneurs. Au départ quand je suis arrivé, j’ai eu du mal. J’ai changé de système et avec les joueurs on a remonté la pente et on finit 5e et européen, malgré une période difficile avec beaucoup de départs. Il y avait quelques remous avec beaucoup de joueurs qui étaient partis. J’étais content d'avoir rétabli la situation.

N.P

À lire aussi :

- Lassina Diabaté : "L'identité des Girondins, c'était d'être un grand club avec cet aspect familial"

- Élie Baup : "L'identité des Girondins c'est du jeu offensif, avec une solidité à la récupération"

 
COMMENTAIRES