Girondins. Avantages d’une multipropriété pour Fenway Sports Group et Liverpool

11/07 - 17:15 | Il y a 4 jours
Les discussions entre le Fenway Sports Group et les Girondins de Bordeaux ne sont pas le fruit du hasard. Le groupe américain a décidé depuis plusieurs mois de mettre en place un réseau de multipropriété dans le domaine du football. D’ailleurs, le personnel de Liverpool a été prévenu de cette orientation stratégique au mois de mars 2024.
Girondins. Avantages d’une multipropriété pour Fenway Sports Group et Liverpool

© Iconsport

Le Fenway Sports Group est un poids lourd dans la gestion de clubs et d'athlètes. Avec à sa tête le fondateur John Henry, 600e fortune de la planète, le FSG a dans ses actionnaires LeBron James, la mégastar du Basket américain. Il compte aussi les clubs de la franchise de baseball des Red Sox de Boston, celle de NHL des Penguins de Pittsburgh, l'équipe de Liverpool FC depuis 2010, et l'écurie automobile Nascar Roush Fenway Racing.

Aujourd’hui, le groupe pour diverses raisons que nous allons voir se lance dans l'acquisition de clubs de football pour constituer une multipropriété d’équipes et profiter des avantages que celle-ci offre.

Une volonté affirmée du Fenway Sports Group

Dans l'excellent article de The Athletic à lire ici, nous apprenons que Mike Gordon, président de Fenway Sports Group a envoyé un email au personnel de Liverpool au mois de mars 2024 afin de prévenir que le groupe allait entreprendre les démarches pour acheter un autre club de football. “Pour demeurer concurrentiels, nous devons trouver toutes les voies possibles pour prendre de l’avance”, a-t-il écrit.

La nomination de Michael Edwards cette année, l’homme qui a construit le Liverpool moderne de Jürgen Klopp à la tête du Football chez FSG marque le début de cette stratégie de constituer une galaxie de clubs de football. Cela répond aussi à la volonté des propriétaires du FSG.

De ce fait, dans ce mail dévoilé par The Athletic, Mike Gordon poursuit : “À cette fin, Michael (Edwards) utilisera tous les outils à sa disposition et a déjà identifié l’acquisition d’un autre club comme un canal qui aidera à renforcer nos opérations globales et à stimuler nos ambitions face à la concurrence.” Puis il ajoute pour rassurer le personnel du club anglais : “Cela n’enlève rien à la concentration, à l’attention, aux soins et, surtout, à l’investissement à Liverpool. En fait, nous y voyons une voie qui nous aidera à renforcer notre club pour l’avenir.”

Le club principal, le joyau du groupe est rassuré, et la prospection a pu commencer. Nous vous invitons à écouter la présentation de Michael Edwards par David Gluzman dans un podcast de 3 minutes en cliquant ici.

Par conséquent, FSG veut développer la multipropriété pour s’aligner sur les autres groupes de Premier League dont le Football City Group, celui de Tony Bloom avec Brighton, ou encore le BlueCo de Todd Boehly avec Chelsea. Il s’agit pour le FSG de rester compétitif par rapport à ses concurrents de Premier League. C’est ainsi que c’est présenté à Liverpool.

Pour cela, Michael Edwards a structuré FSG en nommant Julian Ward comme directeur technique. C’est aussi un ancien de Reds. Il était directeur sportif de Liverpool. Ward a la présidence de la gestion des opérations Football dans tous les clubs achetés par FSG.

De plus, Pedro Marques a été nommé directeur du développement du Football. Il a déjà travaillé dans une structure multiclubs, notamment au City Football Group, et aussi à Benfica comme directeur technique.

Des avantages pour Liverpool à avoir une galaxie de clubs autour de lui

Les avantages sont nombreux pour les clubs anglais, car depuis le Brexit en 2021 les clubs outre-Manche ne sont plus en mesure de recruter des joueurs de moins de 18 ans en provenance de l’étranger. Ainsi, “Posséder un club dans un pays qui est toujours membre de l’Union européenne peut aider à contourner ces règles, car les joueurs peuvent y être basés jusqu’à l’âge adulte,“ écrit The Athletic.

En ce qui concerne les joueurs plus âgés, placer dans un autre club, cela peut renforcer les critères de qualification pour le recrutement en Angleterre. Aujourd’hui, il y a un système de points pour recruter un joueur d’étranger qui lui permet d'accorder ou pas un permis de travail.

Enfin, avoir un club en Europe permet à Liverpool de faire des échanges de joueurs sous la forme de prêts et de développer les talents de Liverpool dans les clubs filleuls situés dans un championnat compétitif. La Ligue 2 par exemple. De fait, cela permet au club parent d’avoir plus de contrôle sur le temps de jeu des joueurs prêté, et d’instaurer un système de jeu identique d’un club à l'autre, tout en partageant les bonnes pratiques en matière d’analyse et de recrutement.

Lorsqu’on lit dans le quotidien L’Équipe hier "qu’'officiellement, l'intention de Fenway, en cas de rachat des Girondins, serait de séparer la gestion du club bordelais de celle de Liverpool”, on peut avoir une doute. Dans la mesure ou les avantages que nous venons de lister sont nombreux pour le club anglais dans cette opération.

En ce qui concerne les Girondins de Bordeaux, le club n’est, semble-t-il, plus en position de faire la fine bouche à court terme, et son avenir est de toute façon entre les mains de l'homme d’affaires Gérard Lopez. L’arrivée de ce mastodonte du sport et du football pourrait apporter des éléments positifs et aussi ses limites. Cela fera l'objet d'un autre article plus détaillé.

N.P

Podcast court à écouter :