Interview - Aurélien Février : “Il y aura une énorme présence mahoraise au stade”

18/12 - 21:56 | Il y a 6 mois
Aurélien Février, journaliste à "Mayotte la 1re" répond à nos questions avant le match de 32e de finale de Coupe de France entre les Girondins de Bordeaux et les Jumeaux de M’Zouasia, dimanche à 18h20 au Matmut.

WG : Ça pèse quoi les Jumeaux de M’Zouasia dans le football mahorais ?

Aurélien Février : Il y a deux grosses équipes à Mayotte, les jumeaux font partie de ces deux grosses équipes. Ça fait 5 ans qu’ils n’avaient pas goûtés à la Coupe de France. Car à Mayotte, il y a une Coupe de France ou tous les clubs de l'île s’affrontent. Le vainqueur de cette compétition est qualifié pour le 7e tour de Coupe de France. Depuis 3 ans, c’était le FC Mtsapéré qui est le plus gros palmarès de l'île qu’il l’a gagné, son challenger numéro 1 c’est les jumeaux. D'ailleurs, ils sont au coude à coude au championnat (Régional 1 Mayotte).

“Les Jumeaux ont toujours su s’appuyer sur les gamins du village”

 

C’est quoi la spécificité des Jumeaux ?

Au Jumeaux, la principale caractéristique c’est qu’ils s'appuient beaucoup sur les gamins du village. Il y a une bonne base de formation là-bas. Pour exemple, il y a beaucoup de joueurs qui ont toujours joué pour ce club comme les frères Dina Kamal au milieu. Le papa est une grande légende du club. Les Jumeaux ont toujours su s’appuyer sur les éléments forts du village. 

Maintenant avec de nouveaux moyens (sponsor privé), ils ont réussi à se développer en recrutant des grands joueurs mahorais tels que Antoissi Loutifi qui a beaucoup joué à la réunion. Souvent les joueurs mahorais pour percer partent à La Réunion, font ce qu’il faut mais malheureusement pour eux il y pas l’échelon de l’Hexagone.

 

Quels sont les forces de cette équipe qui lui a permis d’arriver au 32e de finale de la Coupe de France ?

Leur grande force, c’est qu’ils ont l’habitude de jouer ensemble. Ils se connaissent par cœur. Même quand t’as une recrue qui arrive dans le onze de départ, elle s’incorpore toute de suite car c’est tellement fluide pour le reste des gars que le nouveau en deux en trois mouvements, il connaît le plan de jeu, il sait très bien ce qu’il doit faire, oû être placé. 

Après moi ce qui m’a surpris dans leur parcours, c’est leur sérénité lors du 7e et 8e tour de Coupe de France. Même si, sur le papier, c'était des équipes d’un échelon inférieur à celui du Jumeaux, on ne sait jamais quel est le réel niveau du championnat de Mayotte par rapport aux championnats métropolitains. Les mecs étaient sur de leur force, ils savaient très bien ce qu'ils devaient faire. À aucun moment, on ne les a sentis sous pression. Ils étaient en mission. 

 

“Il y a un véritable sentiment de fierté dans le département”

 

Est ce qu’il y a un réel engouement autour de ce 32e de finale à Mayotte ?

Il y a un engouement certain ici. Ce n’était jamais arrivé qu’une équipe de l’île batte deux équipes de métropole coup sur coup. Quand ils sont revenus de leur victoire au 8e tour en Bretagne, c’était la fête dans toute l'île. Tout au long de la route qu’ils traversaient pour rentrer au village, les gens pas forcément que des supporters des Jumeaux étaient présent avec le maillot aux couleurs du club. 

Il y avait un véritable sentiment de fierté du département. Pour le match contre Bordeaux, il y a un avion affrété avec une soixantaine de places pour permettre aux gens d’aller sur place. Il y aura une énorme présence mahoraise au stade parce qu'il y a énormément de Mahorais présents en métropole qui ne vont pas hésiter à faire des heures de route pour les encourager. 

 

“Jouer défensif pour eux, ça serait joué contre nature”

 

Qu'est-ce qu’attendent les joueurs des Jumeaux pour ce match ? L’exploit ou prendre de l’expérience ? 

Ils ont les deux discours. Ils n’hésitent pas à dire qu'ils ne sont pas venus en touristes. Ils se disent “on ne sait pas taper dix heures, 2 semaines de présence sur place pour prendre une claque et rentrer à la maison”. Ils comptent bien jouer leur chance à fond car dans le football, dans un match tout est possible. 

Il faut s’attendre à quel style de jeu avec les Jumeaux ? Une équipe qui bétonne ou qui est plus audacieuse ?

Contre Bordeaux, je ne sais pas comment ils vont jouer mais en Bretagne lors du 8e tour, le coach avait dit qu'on ne change rien. C'est-à-dire aller presser très haut l’adversaire. On ne  sait pas si le coach va changer le discours vu l’adversaire en face. Avec ce style de jeu, ça peut être compliqué. En tout cas, jouer défensif pour eux, ça serait contre nature vu leur puissance offensive.

Plus généralement c’est quoi l’état actuel du foot mahorais ?

Alors à Mayotte, on a de très bonnes individualités. Ça fait trois ans qu’on a un gamin qui signe dans un centre de formation d’un club pro chaque année. On a Ilan Djailane, gardien de but qui est à Auxerre.Ou encore, Kelyane Abdallah qui a signé à l’Olympique de Marseille. Ce n’était jamais arrivé qu’un mahorais signe dans un club pro. Ça montre que le niveau évolue.

Le gros problème du foot mahorais, ce sont les infrastructures. Par exemple, les Jumeaux n’ont pas de terrain. Ils sont obligés d’aller jouer dans la commune voisine (Kani-Kéli). Leur terrain est indisponible depuis 3 ans à cause de problèmes d’éclairage. Les travaux n’en finissent pas. 

L’île est la seule d’outre-mer à ne pas pouvoir recevoir de matchs de Coupe de France. Il y a un terrain qui est en travaux depuis une dizaine d’années et qui doit permettre de recevoir ce type de rencontres. C’est ça le problème, on a un énorme potentiel à la formation des joueurs et des entraîneurs mais malheureusement on n’a pas les infrastructures pour faire encore plus évoluer le foot mahorais. Il y a un manque de moyens et d’envie des municipalités. Dans mon village, ils tondent la pelouse au rotofil. 

M.M


Mercato : une grosse rentrée dans les caisses à prévoir pour les Girondins ?