Marc Zamperini : « Jules Koundé est un des plus gros coups de Monchi »

01/07 - 01:00 | Il y a 5 jours

Hier, lors de le Talk sur WebGirondins, Marc Zamperini, responsable de @SévillaFcFrance, est revenu avec nous sur l'adaptation et la saison de Jules Koundé au FC Séville.

"C'est le plus gros transfert de l'histoire du club"

Comment a été perçue son arrivée ?

MZ : C’est un des plus gros coups de Monchi. Il était parti à la Roma et il est revenu. Le contexte est important. Il y’a d’abord eu le recrutement de Diego Carlos et puis Koundé. La défense était un des gros problèmes à Séville. Le premier regard, en tout cas en Espagne, c'était plus de la confiance en Monchi. Il n’y avait pas de connaissance forcément de la qualité du joueur parce que bon il faut quand même se dire qu'il est très jeune.

Forcément si Monchi met 25 millions et que c'est le plus gros transfert de l'histoire du club pour un jeune Français, les Espagnols ont senti qu'il allait se passer quelque chose. Il y avait une confiance et l’arrivée des deux centraux avait été bien vue. 

"Il a surtout prouvé dans les grands matchs qu’il était à la hauteur"

Quels sont ses qualités et ses défauts ?

MZ : Je crois qu'il faut le voir en 2 temps. Si on regarde les défauts qu'il avait dès qu'il est arrivé au club, le match Eibar. À la base il n’est pas titulaire. Il y a le capitaine emblématique du FC Séville, qui s'appelle Daniel Carriço, qui était un international portugais, qui était titulaire avec Diego Carlos. Koundé a commencé à jouer tous les matchs de l'Europa League titulaire très clairement avec une bonne sorte d'équipe B et le groupe était quand même assez facile. Il est arrivé et il a fait son premier match en Liga.

Il a fait une quinzaine de minutes face à l'espagnol, bonne rentrée. Il n’est pas blessé, il a une très bonne hygiène de vie, il travaille très bien l'entraînement. Ça Lopetegui l'a dit plusieurs fois en conférences de presse. Il progresse parce qu'il travaille très bien. On voit que le mec il a un truc en plus, une maturité. À son âge c’est assez incroyable. Il a un bon placement corporel, il est solide et il devient de plus en plus intelligent. Il a surtout prouvé dans les grands matchs qu’il était à la hauteur.

"Il va être sollicité"

Quel avenir pour Koundé ?

MZ : Il ne faut pas se leurrer, il va être sollicité. Après il faut être intelligent. Si tu pars, c’est pour avoir des garanties de temps de jeu ailleurs. Ici, on joue l’Europe chaque année, on va très certainement jouer la Champions League. Si tu pars pour jouer la Champions League dans un autre club et pas jouer ce n’est pas ultra utile. Après Séville c'est particulier. C'est-à-dire qu’on se construit de nos ventes également donc en fait quand tu arrives à Séville, ce que te dis Monchi c'est automatiquement si tu n'as pas une très grosse clause libératoire c'est volontaire.

C'est pour que tu partes plus tôt et que du coup on puisse enchaîner et continuer à grandir. Cela fait partie du projet du club dès le départ et le joueur qui signe est assez vite au courant. Ça fait partie du club et de l'ADN. S’il y a une grosse offre d'un très grand club et la garantie de temps de jeu, aucune chance qu’il reste à Séville. Après moi, je le vois quand même encore rester minimum un an. Ça serait vraiment beaucoup trop tôt il a beaucoup à apprendre encore dans ce championnat.

Sans titre-118.png (1.85 MB)

« Coke por Mariano ». C’est devenu une blague en Espagne

Qu’est-ce qu’on retient du passage de Mariano à Séville ?

MZ : Il y a premièrement un truc qui est devenu ultra connu en Espagne et surtout à Séville : c'est le changement Coke pour Mariano. En fait, à l'époque Unai Emery était l’entraîneur de Séville et, ça n’arrive jamais, c’est le seul entraîneur du monde qui changeait son arrière droit tous les matchs. C’était son arme fatale. Il y avait des écharpes partout : « Coke por Mariano ». C’est devenu une blague en Espagne.

De deux, Mariano a gagné l’Europa League avec Séville en faisant une grosse finale contre Liverpool. Il ne jouait pas au début et il s'est imposé. Il a fait 2 saisons à Séville. La première assez mitigée parce qu’il ne jouait pas tout le temps titulaire. La 2e il a fait une saison exceptionnelle vraiment. Il est parti parce qu’il y a eu des envies de faire venir Sébastien Corchia. On continue dans ce recrutement typiquement français. Il fallait que Mariano parte parce que Corchia doit être titulaire. Par contre, on en garde un très bon souvenir.

À Lire -> Frédéric Longuépée : "Je souhaite montrer à tous mon ouverture au dialogue."

Sans titre 2-19.png (573 KB)

#AnciensGirondins #Koundé Jules

Commentaires