Quel est le projet de jeu de Vladimir Petkovic pour les Girondins ?

13/09 - 18:04 | Il y a 2 semaines
Cela fait maintenant plus d’un mois que l'entraîneur Vladimir Petkovic dirige l’équipe des Girondins de Bordeaux. Après 5 matchs, nous avons tenté de décrypter le projet de jeu de l'ancien coach de la Nati.

Constat difficile

En 5 matchs, Bordeaux a perdu 3 fois, dont deux fois à domicile (Clermont, Lens) face à des équipes qui évoluaient en Ligue 2 récemment. Bordeaux a obtenu deux matchs nuls (Marseille, Angers) et a heureusement débloqué son compteur point. Néanmoins, c'est insuffisant car aucune équipe ne fait pire que les Girondins. L’équipe de Petkovic est dernière de Ligue 1 avec deux petits points.

Bordeaux encaisse plus de deux buts par match

Pire, l'équipe a encaissé 12 buts en seulement 5 matchs (2,4 buts par match encaissés). La différence de but est de -7. À ce rythme, c'est direction la Ligue 2 dans 8 mois. 

Pas de projet de jeu lisible

Si ces premiers résultats étaient accompagnés d’idées de jeu, de projet de jeu comme on dit, "la pilule" passerait mieux. Or, aujourd’hui, il est difficile de lire sur le terrain ce que le coach veut mettre en place. 

Depuis 5 matchs, il change constamment ou presque son organisation. Lorsqu'il a stabilisé son système en 532 face à Marseille et Angers, l’équipe a pris des points. 

Pourtant, face à Nice il aligne une organisation en 4-3-3, avec un milieu à trois pour intégrer Fransergio. Idem face à Lens hier après-midi. Ainsi, lors de ses deux rencontres, il change tout à la mi-temps, mais c'est trop tard. À Nice, Bordeaux est mené 3 à 0 à la pause, et face à Lens, Bordeaux est mené 2 à 0 à la mi-temps. Dans ces conditions, cela devient mission impossible pour prendre des points. C’est un constat d’échec.

S’il a des circonstances atténuantes (recrutement et prise en main de l’équipe tardive), le coach semble perdu. Pourtant, Vladimir Petkovic va devoir trouver rapidement une organisation de jeu pour stopper l’hémorragie. 

Apprentissage de la Ligue 1 pour les recrues

Autre point notable de ce recrutement international, ni le coach ni les recrues ne connaissaient la Ligue 1 avant de joueur aux Girondins : Mensah, Mangas, Elis, Fransergio, Dilrosun découvrent le championnat. Onana (1 match de L1 à son actif), et  Pembélé (6 matchs de L1 à son actif) sont aussi inexpérimentés à ce niveau. C'est une réalité, il est donc nécessaire de leur laisser du temps d'adaptation.

Vous l’avez compris, une course contre la montre est engagée pour les Girondins qui ne doivent pas prendre trop de retard à l’allumage. L'important maintenant est de définir un projet de jeu pour le club et de s'y tenir.

Bien sûr, Gérard Lopez n’a pas repris le club pour descendre sportivement la saison qui suit, et il ne faut pas être alarmiste. Pour autant, s’il faut laisser du temps au projet sportif de se mettre en place, il faut réagir et prendre des points très rapidement au risque de sombrer dans une spirale négative.


Les Girondins multiplient les pistes en attaque : Bony, Jóhannsson, Diallo, Niang


 

COMMENTAIRES