Un peu de joie dans la grisaille [Joueur par joueur PFC-Bordeaux]

25/11 - 23:44 | Il y a 3 mois
Les Girondins gagnent leur deuxième match consécutif pour la première fois cette saison en Ligue 2. En battant le PFC dans la dernière seconde du match et ce but de Barbet, les Marine et Blanc commettent un petit hold-up. Détails joueur par joueur, sans oublier le coach.
Un peu de joie dans la grisaille [Joueur par joueur PFC-Bordeaux]

© Iconsport

Albert Riera : il annonçait 70% de possession lors de son arrivée à Bordeaux. Pourtant, plus les matchs se jouent, moins son équipe a la possession et plus elle gagne. Bordeaux à 49% de possession face au PFC. L’entraîneur espagnol a mis de l'eau dans son vin, car les joueurs lui ont sans doute démontré qu'il fallait adapter son ambition de jeu au niveau de l’effectif. Solide défensivement, Bordeaux ne craque que sur un pénalty. Dans le jeu, la deuxième mi-temps bordelaise est la pire depuis l'arrivée du technicien espagnol. On retiendra la solidarité défensive de l’équipe et le caractère pour marquer ce deuxième but.

Rafal Straczek : peu sollicité dans cette partie, il part du mauvais côté sur le pénalty. Il a limité son jeu court au pied.

Jacques Ekomié : latéral gauche en position défensive, piston en phase offensive. Il reste finalement dans un rôle assez défensif dans ce match. Il concède un pénalty sur Kebbal soit dit en passant, meilleur joueur du match à Charlety. Il perd 14 ballons, c’est beaucoup. Il gagne 9 duels dans cette partie et répond présent dans le combat. Enfin, il ne tente qu'un seul centre.

Yoann Barbet : le capitaine bordelais délivre les Bordelais à la 94e minute de jeu sur une tête bien placée comme il en a le secret. Il pratique le jeu long (15) notamment sur Livolant avec réussite. Il jouait l’axe central gauche, a gagné 6 duels, et a perdu beaucoup de ballons de relance (15).

Stian Gregersen : il a aussi cherché la profondeur dans le jeu. Il perd peu de ballon et rivalise dans les duels.

Malcom Bokele : plus à l'aise central droit qu'en position de piston, on a retrouvé le guerrier de la saison dernière avec 8 duels remportés, de la détermination et de la hargne. Même s’il est limité techniquement parfois.

Danylo Ignatenko : placé devant la défense, il a fait le métier avec 8 duels remportés et un jeu en profondeur parfois utile. Il a bouché les trous. 14 pertes de balles.

Pedro Diaz : 15 pertes de balles, il n’a pas réussi sauf exception à transpercer la défense du Paris FC. Moins à son avantage dans la construction du jeu qu’habituellement.

Jérémy Livolant : passeur décisif sur le but de Weissbeck grâce à un centre venant de la droite parfaitement ajusté. C’est sa deuxième passe décisive en deux matchs. Il a proposé des solutions sur son côté droit, a assuré les replis défensifs aussi. Il perd aussi 17 ballons. Il a eu une belle activité. Riera le sort à la 70e remplacé par Pitu.

Gaëtan Weissbeck : Il marque son 3e but de la saison de la tête cette fois-ci. Il jouait plus bas au milieu du terrain que lors des matchs précédents. Ce qui ne l'empêche pas de se projeter dans la surface de réparation adverse. Néanmoins, on attend plus de lui de par sa qualité technique pour conduire proprement le jeu des Girondins. Remplacé par De Lima à la 81e. Le jeune bordelais amène qualité technique et dynamisme.

Zuriko Davitashvili : encore un match raté pour l’international géorgien. Positionné en deuxième attaquant et moins dans le cœur du jeu, il va s’empaler sur la défense sans donner l'impression de penser à ce qu’il va faire avec le ballon. Il perd 14 ballons et ne réussit qu’un dribble sur 4 tentés.

Zan Vipotnik : 21 ballons touchés seulement et aucune occasion de qualité à exploiter pour le buteur slovène. Il joue toute la partie.

N.P

À vous de voter :