ASSE-FCGB : "Les supporters des Verts sont usés et fatigués"

17/09 - 10:23 | Il y a 1 mois
Avant le déplacement des Girondins au stade Geoffroy-Guichard samedi à 21h pour affronter la et Saint-Étienne, nous avons interrogé Thibault, cofondateur du média Evect.fr.

Thibault, peux-tu te présenter et présenter ton média s'il te plaît ?

Je suis cogérant d'un site evect.fr sur l'actualité de l'AS Saint-Étienne qui existe depuis 2008. On est présent un petit peu partout sur les réseaux et sur notre site internet. Nous sommes aussi partenaires de France Bleu Saint-Étienne Loire avec qui nous animons une émission plusieurs fois par semaine sur l’actualité de l’AS Saint-Étienne.

"Pour l'instant, le club n'est pas vendu"

Est-ce que le club de l'AS Saint-Étienne a été vendu ou acheté ?

On n'a pas été racheté. Ce qui a été dit c'est que le club devait être vendu avant le début de la prochaine année. Pour l'instant, ce n'est pas vendu, nous sommes dans le processus de vente. Il faut savoir que depuis de longues années à l'AS Saint-Étienne nous avons deux coprésidents, et ils ne sont pas souvent d'accord, voir même jamais et sacré des difficultés. Ainsi, sur la vente il y a une nouvelle fois des points de désaccord. Il y aurait aujourd'hui trois dossiers de rachat du club, il faut savoir que la vente a été confiée au cabinet KPMG. Donc aujourd'hui le club est en vente, le club n'est pas vendu, et comme c'est souvent le cas à Saint-Étienne la situation est compliquée.

Enfin, il faut savoir que ce n'est pas la première fois que le processus de vente est engagé et que cela fait plusieurs années que nous en entendons parler. Néanmoins, aujourd'hui Roland Romeyer est vendeur, il est âgé et a vraiment envie de passer la main. 

De plus, il faut savoir que nous n'avons pas de moyens financiers et avec les nombreux joueurs qui partent pour la CAN, le club a besoin de se renforcer. Une vente permettrait d'avoir l'argent nécessaire. Dans le cas contraire, cela pourrait être dangereux pour la survie du club. 

"C'est la soupe à la grimace"

Dans quel état d'esprit sont les supporters des Verts aujourd'hui ?

C'est compliqué. S'il y a le plaisir du retour au stade après la pandémie, l'équipe n'est pas sur une bonne dynamique et réalise un mauvais début de saison. Le processus engagé depuis 3 ans n'est vraiment pas passionnant et ne fait pas vibrer. Même si on voit une progression chez certains jeunes. Malgré le départ de joueurs avec de gros salaires, nous n'avons pris cet été qu'un seul joueur, un attaquant uruguayen sous la forme d'un prêt.

Nous n'avons aucune capacité d'investissement sur le marché des transferts, et si nous formons de bons jeunes, nous ne sommes pas capables de former sept à huit jeunes de talent pour combler les manques de l'équipe. Pour toutes ces raisons aujourd'hui c'est la soupe à la grimace. 

Vous ajoutez à ça la situation du club, les désaccords internes, et vous avez des supporters usés. Tout le monde est fatigué de cette guéguerre. Ça sent la fin de cycle et on ne voit pas de perspective d'évolution et on voit le club reculer. Ça fait penser à des clubs comme Lens et Sochaux lorsqu’ils sont tombés. On a du mal à voir une éclaircie venir.

Enfin, les Green Angels côté sud ne sont pas revenus au stade en raison du protocole sanitaire.  La pression n’est pas encore présente sur l'équipe de Claude Puel, car le plaisir du retour au stade est toujours présent.

1006124919.jpg (2.00 MB)
Supporters de l'ASSE face au LOSC en début de saison @IMAGO


"Il manque un buteur"

Comment joue l’équipe de Claude Puel ?

On est une équipe qui normalement est très accrocheuse et volontaire. Pour le reste, on arrive à se créer des occasions, on voit du jeu. Notre problème c'est qu'il n'y a pas de finisseur. Par exemple, contre Montpellier on tire 10 fois au but, mais on ne cadre que deux fois. En général, nous montrons des choses plutôt intéressantes pendant les matchs. Mais notre vrai souci c'est de marquer des buts. En général, un joueur comme Denis Bouanga a besoin de beaucoup d'occasions pour marquer, c’est un vrai problème. C’est un vrai problème. Nous avons un gros déficit de réalisme. 

"Saint-Étienne est capable de se battre tout seul"

Enfin, comment doit faire Bordeaux pour battre l'AS Saint-Étienne ?

Je ne vais peut-être pas vous donner la clé. C'est difficile de se projeter avec deux équipes, ils sont malades. Je ne sais pas s'il y a une façon de battre Saint-Étienne parce que Saint-Étienne est capable de se battre tout seul. Parce que lorsque tu ne mets pas les occasions au fond tu finis toujours par le regretter. Le problème de fond c'est que nous avons très peu de solutions sur le banc de touche. Dès qu'un joueur est blessé, nous sommes vite en danger. Pour terminer, il y a une énorme attente autour du buteur uruguayen, Ramirez, qui vient d'arriver chez nous. Il devrait faire ses débuts face à Bordeaux. 


Yacine Adli : "On sent quand même un vent nouveau"


 

COMMENTAIRES