"Le Nîmes Olympique n'est pas encore mort"

"Le Nîmes Olympique n'est pas encore mort"
20/02 - 01:00 | Il y a 2 semaines
Nous vous proposons le Point De Vue Adverse.

Benjamin, du site le11denimes.fr a répondu à nos questions avant la rerncontre de dimanche qui oppose les Girondins au Nîmes Olympique

Comment est le NO à l'aube d'affronter les Girondins ?

Le NO va mal globalement et comptablement, mais le NO n'est pas (encore) mort. Comme chacun le sait, la piteuse situation interne s'éternisait depuis plusieurs mois. Le coach précédent était rejeté par une immense majorité de son groupe depuis plusieurs mois et son licenciement n'a pu être effectif que très récemment (notamment suite à l'annonce des nouveaux droits TV). Certains estiment la réaction de Rani Assaf trop tardive, d'autres (y compris les joueurs) estiment que c'est encore jouable. Je le pense aussi, car il reste 42 points à prendre et que sur les 14 matchs restants, nous n'affronterons que deux écuries européennes : Lille et Lyon.

"Aujourd'hui le Nîmes Olympique a au moins une chance de se sauver"

Y a-t-il eu un effet Pascal Planque ?

Pour continuer sur cette lancée et enchaîner avec cette deuxième question, l'effet Plancque pourra être prouvé uniquement lors des 3-4 prochains matchs. Sa première rencontre disputée face à Monaco était de bonne facture. Monaco s'impose avec ses individualités (Golovin notamment), mais dans le contenu, nous avons rivalisé avec l'ASM et c'est ce qui nous a permis de marquer 3 fois d'ailleurs. Contre Dijon, le contenu demeurait inquiétant jusqu'au dernier quart d'heure, mais la rentrée d'Eliasson et le repositionnement de joueurs à leurs véritables postes respectifs (Benrahou replacé dans l'axe, Ripart seul attaquant de pointe et non milieu relayeur comme depuis le début de l'année 2020) a permis à l'équipe de scorer 2 fois en 15 minutes, et de se relancer dans la course au maintien.

Les prochains matchs vont donc être cruciaux, car d'une part, ils permettront de savoir si le NO reste dans la course pour le maintien, mais aussi vis-à-vis des contenus qui étaient totalement absents avec Jérôme Arpinon depuis la victoire dans le derby en octobre 2020 face à Montpellier.

Plancque est là depuis début janvier 2020, il est apprécié par le groupe pour sa disponibilité, sa gentillesse et sa capacité à se remettre en question, contrairement à Jérôme Arpinon. Cela est unanimement apprécié par les joueurs. Son passé de numéro 1 ne plaide pas en sa faveur certes et rien ne dit que le NO se sauvera, mais aujourd'hui Nîmes Olympique a au moins une chance de se sauver, ce qui n'était à coup sûr pas le cas avec l'ancien coach nîmois.

"Les supporters attendaient beaucoup de Benrahou"

Comment s'intègre Yassine Benrahou cette saison ? Arrive-t-il à s'imposer ?

Pour ce qui est de Yassine Benrahou, il a été un élément moteur du renouveau nîmois en janvier 2020 comme l'a rappelé récemment Bernard Blaquart. Son apport a été important. Les supporters attendaient beaucoup de lui cette saison. Malheureusement, des problèmes personnels et une incapacité à avoir la confiance de l'ancien entraîneur a fait qu'il a été totalement abandonné sur la première partie de saison. L'un des premiers choix forts de Plancque à son arrivée en tant que numéro 1 (contre Monaco) a d'ailleurs été de le titulariser ce qui n'avait pas été souvent le cas cette saison avec Arpinon.

Cependant, Plancque préférait récemment l'utiliser sur le côté droit là où Blaquart le menait en haut de la pointe du triangle de notre 4-3-3 (ou 4-4-1-1, c'est selon) la saison passée. Peut-être que la bonne performance de Nîmes à Dijon dans le dernier quart d'heure l'obligera à le repositionner dans l'axe contre Bordeaux. Son retour en forme est donc possible dès dimanche...

Dans quel schéma de jeu va jouer Nîmes face aux Girondins ?

Arpinon n'avait pas vraiment trouvé de système préférentiel et changeait énormément de dispositifs et de joueurs sur chaque match. Ça a été l'un des très nombreux reproches lui ayant été faits. Plancque semblait s'appuyer sur un 4-1-4-1 avec Cubas en sentinelle et Ripart en relayeur avec Deaux. Ferhat qui jouait habituellement à droite a été repositionné à gauche pour laisser sur ce côté évoluer soit Benrahou soit Eliasson, qui avait l'habitude de jouer à gauche depuis le début de saison. Plancque a l'habitude de jouer avec une seule pointe en l'occurrence Moussa Koné, mais comme dit plut haut, je pense qu'il s'appuiera sur ce qui a marché à Dijon dans le dernier quart d'heure. Au-delà du schéma de jeu, il faut rappeler que Nîmes évolue sans deux de ses principaux défenseurs axiaux que sont Landre et Martinez depuis la fin d'année dernière. Leurs retours respectifs sont attendus incessamment sous peu.

"L'absence du public est préjudiciable pour le NO, peut-être plus que pour d'autres"

L'absence du public est-elle préjudiciable aux Costières ?

Enfin, oui l'absence du public est préjudiciable pour le NO, peut-être plus que pour d'autres. Cela a été l'un des arguments d'Arpinon pour expliquer les mauvais résultats, ce que certains joueurs n'ont pas voulu admettre ou du moins n'ont pas voulu laisser comme seule explication des mauvais résultats. Mais il est évident que sur de nombreux matchs à domicile, l'apport du public à Nîmes est important dans les moments cruciaux du match, soit pour tenir un score soit pour le faire basculer positivement de notre côté. Maintenant, comme un peu partout, les Gladiators (NDLR Supporters de Nîmes) essayent de mettre en place des initiatives pour encourager les joueurs notamment aux entraînements et en avant-match (cela a été le cas face à Montpellier, Saint-Étienne, Monaco et Dijon encore la semaine dernière).

Toma Basic donne des détails sur sa blessure

Commentaires