Les dirigeants des Girondins sont-ils en train de préparer le terrain pour une vente ?

Les dirigeants des Girondins sont-ils en train de préparer le terrain pour une vente ?
03/12 - 15:56 | Il y a 2 mois
Comment les dirigeants bordelais tentent de revaloriser le club pour une prochaine revente ? On revient sur les décisions prises ces derniers mois.

Alors qu’il ne fait plus de doute que les Girondins de Bordeaux sont officieusement en vente, on comprend désormais un certain nombre de choix qui sont faits par la direction.

Un plan social

En premier lieu, le plan de restructuration du club mit en place par le président Frédéric Longuépée ces derniers mois. Cela relève certes avant tout de la nécessité, étant donné les pertes colossales qu’a engendré le club ces dernières années (plus de 50 millions d’euros sur la saison 2019/2020). Mais cela en dit long également sur la volonté de King Street de « nettoyer » le club afin qu’ils soient plus attractifs qu’il ne l’est aujourd’hui. Ainsi, le plan social mis en place par le président bordelais et qui vise à réduire le nombre de salariés dans le club (environ 300 salariés à temps plein) rentre dans ce cadre-là.

Une recapitalisation et des économies

Il n’est pas question de laisser plonger la dette non plus. King Street, lors du dernier passage à la DNCG, a ainsi recapitalisé à hauteur de 27,5 millions d’euros. S’en est suivi un mercato très calme, voire inexistant, si ce n’est dans le sens des départs. Seul Hatem Ben Arfa est arrivé après la clôture du mercato estival en tant que joueur libre. Un terrain d’entente a également été trouvé avec Paulo Sousa pour économiser son important salaire, même si des indemnités de 2,2 millions d’euros ont tout de même été versées. L’objectif annoncé est ainsi de retrouver un équilibre financier d’ici « 3-4 ans », même si nul doute qu’il existe une volonté à court terme d’assainir le club pour le rendre plus présentable. En effet, King Street espère revaloriser le club qui a beaucoup perdu en valeur depuis le rachat, dû notamment à une gestion onéreuse par GACP.

Des choix pas anodins 

Un dernier élément qui n’est sûrement pas dû au hasard : la nomination d’Alain Roche en tant que directeur sportif du club. En effet, on a appris hier la volonté d’un certain Pascal Rigo, homme d'affaires bordelais ayant fait fortune aux États-Unis, d’investir dans le club. Ce dernier, accompagné d’un partenaire américain milliardaire, avait au printemps dernier sondé King Street en lui présentant notamment les hommes sur lesquels il comptait pour bâtir son équipe dirigeante. Et Alain Roche y figurait. D’autres rumeurs indiquent que Jean-Louis Gasset faisait aussi partie de cette liste pour rebâtir l’équipe. Simple inspiration de la part des dirigeants bordelais ou volonté d'aller dans le sens des choix faits par un possible repreneur  ? 

Plus que jamais, King Street semble préparer le terrain à une revente du club, deux ans seulement après leur arrivée.

Le point sur les candidats au rachat des Girondins de Bordeaux

#Rachat Girondins

Commentaires