[Interview] Rémi Mestrallet : "Quand je vois mes qualités, je sais que je peux jouer en Ligue 1"

[Interview] Rémi Mestrallet : "Quand je vois mes qualités, je sais que je peux jouer en Ligue 1"
23/01 - 01:00 | Il y a 10 mois
Nous sommes allés  à la rencontre de Rémi Mestrallet, milieu défensif de 22 ans évoluant à l'OGC Nice, passé par la formation des Girondins.

WG : Comment vas-tu depuis ton départ de Bordeaux lors de l’été 2016 ?

RM : Ça se passe bien. Je suis arrivé à Nice qui est une belle ville. Dès le départ, je me suis senti bien ici et dans le club. Ça fait partie des clubs français avec de bons centres de formation. Cela s’est plutôt bien passé. Après, il y a eu plusieurs pépins qui ont fait que cela est devenu compliqué d’évoluer ici. Ils vont chercher des joueurs expérimentés et connus. Pour les jeunes qui n’ont pas d’expérience, c’est compliqué. Je n’ai jamais eu ma chance ici avec les pros à Nice, même si j’ai fait beaucoup d'entraînement avec eux. Mais officiellement, je n’ai pas de minutes de jeu en Ligue 1.

"Je m’entendais très bien avec Jules Koundé"

Pourquoi avoir quitté les Girondins ?

Je ne suis resté qu' un an aux Girondins. À la base, je suis formé à l’OL, ensuite j’ai signé pour une année à Bordeaux. Lorsque j’ai quitté l’OL, Nice m’avait contacté, finalement j’avais choisi Bordeaux. Ils m'ont recontacté ensuite quand j’étais aux Girondins. Comme j'avais eu des problèmes de santé aux Girondins avec de multiples angines, je n'avais pas pu donner le meilleur de moi-même. J’avais pourtant fait une bonne partie de saison, mais les angines m’ont fatigué. J’avais 18 ans. Les Girondins ne se sont pas positionnés sur moi. J’ai quitté Bordeaux, je me suis fait opérer l’été et je suis arrivé dans la foulée à Nice qui m’a relancé. 

Pourtant, Marius Trésor disait à ton propos que le club croyait en ton potentiel, c'est bien ça ?

Oui, il avait dit du bien, et aussi qu’ils avaient du mal à mer cerner. Je n'exprimais pas tout ce que je pouvais faire malgré mes qualités. À l’époque à Bordeaux, le jeu ce n'était pas axé sur ce qui est technique. C'était plus physique. J’ai connu J-L Dogon en U19 et Patrick Battiston en CFA.

Tu es de la génération de Jules Koundé c'est bien ça ?

Jules Koundé était de ma génération, je m’entendais très bien avec lui . Sa chambre était en face de la mienne. Je prenais souvent l'avion avec  Aurélien Tchouameni pour aller à Lyon.

"À Nice les portes sont fermées pour moi. Je suis obligé de l’accepter"

Quelles sont tes qualités footballistiques et quel est ton poste de prédilection ?

Je peux jouer 6, 8 ou défenseur central. Mais mon poste de prédilection c’est 6 ou 8. Le Coach Vieira qui avait un manque au posten de défenseur droitier avait demandé au coach de la réserve de Nice de me faire jouer en défenseur central droit. Après, je suis repassé au milieu. Je suis assez grand (1,88 m), j’ai une grande envergure avec des qualités techniques et athlétiques. J’ai très bien travaillé à Nice avec de belles installations. J’ai aussi beaucoup appris au fil du temps. J’aurai aimé avoir une d'expérience avec les professionnels en match. Je suis resté tout le temps avec la réserve alors que je m'entraînais avec les pros. Aujourd'hui, j’ai besoin d’un nouveau départ pour prendre du plaisir et continuer à évoluer dans le foot. À Nice les portes sont fermées pour moi. Je suis obligé de l’accepter.

Que cherches-tu aujourd'hui ?

Un nouveau challenge. Si je pouvais partir dès ce mercato là, ce serait parfait. Ici à Nice je perds mon temps. Je me suis un peu enterré car la situation n’a pas été bien gérée et je n’ai pas bien été conseillé. Au moment où les choses auraient dû bouger, cela n'a pas été fait. 

La proposition idéale ce serait quoi ?

Un club où je vais pouvoir me sentir bien en prenant du plaisir. Je marche un peu à l'affectif. Si je me sens bien, je peux tout donner, je n’ai pas de limite. Quand je vois mes qualités, je sais que je peux jouer en Ligue 1. Il y a des pistes, mais rien de concret aujourd'hui. Je cherche un projet pour évoluer.

#Transferts COMMENTAIRES