C'est sauve-qui-peut chez les Girondins

C'est sauve-qui-peut chez les Girondins
22/02 - 10:08 | Il y a 2 semaines
Jean-Louis Gasset a donné l'objectif de la fin de saison pour les Girondins.

Jean-Louis Gasset désabusé

Après la rencontre face à Nîmes, perdue 2 à 0, Jean-Louis Gasset donné son objectif pour les 12 matchs qui restent à jouer en championnat.

"Il faut trouver la solution pour finir cette saison pénible et gagner les 3-4 matchs qu'il nous reste", a déclaré J-L Gasset après le match.

Voici qui est dit. Ne cherchez pas l'ambition. Avec 33 points au compteur, il en manque encore 9 pour s'assurer une place en Ligue 1 la saison prochaine. Voilà l'objectif des Girondins de Bordeaux, assurer le maintien en Ligue 1. Il en a plein les bottes le coach des Girondins, ça se voit.

Il faut dire qu'il ne trouve pas de solution face à un vestiaire en crise. Sa volonté d'imposer Hatem Ben Arfa est pour le moment un échec. L'ancien Rennais est muet en 2021. Pire, face à Nîmes il a donné l'impression de refuser le jeu, de ne pas vouloir prendre de risque et de responsabilités. À force de lui reprocher son individualisme, il a laissé sa créativité dans les vestiaires du stade des Costières. Aucun joueur n'a su prendre le relais, que ce soit Adli, Oudin, Kalu ou un autre. Ils n'ont pas réussi à marquer de but à la pire défense du championnat. Ce n'est pas anodin. 

Frédéric Longuépée une présidence noire pour les Girondins de Bordeaux

De plus, Jean-Louis Gasset et les joueurs ne peuvent pas s'appuyer sur la structure du club et ses institutions dans cette période difficile. La division est partout au Château du Haillan comme l'indiquait Yacine Adli après le match face à l'OM.

Finalement, après presque trois saisons de présidence de Frédéric Longuépée et du rachat du club par King Street et GACP, Bordeaux dont la situation financière est catastrophique, est réduits sportivement à sauver ses fesses dans une faible Ligue 1. Nous sommes bien loin de l'ambition affichée fin 2018 de jouer la Ligue des Champions. Plus c'est gros, plus ça passe comme dirait l'autre.

L'exploit a été réussi de se couper des supporters, de plonger le club dans la banqueroute, et de sacrifier le sportif. Ça ressemble plus à un cauchemar qu'au rêve américain.

Bordeaux a la tête sous l’eau [Joueur par Joueur Nîmes-Bordeaux]

Commentaires