Mercato : du recrutement mais pas de renforts

Mercato : du recrutement mais pas de renforts
15/01 - 11:36 | Il y a 5 jours

Recruter pour recruter n'a jamais aidé une équipe à progresser. Alors oui, les supporters attendent toujours lors de cette période de mercato que le club recrute de bons joueurs qui vont faire progresser l'équipe rapidement. Pourtant, il ne faut pas confondre recruter et se renforcer. Recruter un joueur n'est pas obligatoirement synonyme de renfort pour l'équipe. Nous en sommes témoins à Bordeaux. Mais alors à quoi ça sert de recruter ?

MULTIPLICATION DES PISTES DE JEUNES JOUEURS

Les exemples récents de recrutement qui n'ont pas renforcé l'équipe à courts ou moyens termes sont nombreux à Bordeaux. Or, dans l'esprit du directeur sportif, le recrutement d'un joueur devrait nécessairement être un renfort pour l'équipe à court ou moyen terme. Nous parlons ici des recrutements pour l'équipe professionnelle. Si l'on regarde l'histoire récente des recrutements des Girondins de Bordeaux, on s'aperçoit que le club a souvent recruté, sans se renforcer. Raoul Bellanova (19 ans) recruté en janvier, arrivé cet été en provenance du Milan AC, et déjà sur la liste des transferts cet hiver est un bon exemple de recrutement raté à court terme. Bordeaux a aussi misé sur les jeunes Josh Maja (20 ans) et Yacine Adli (19 ans), sans oublier de faire signer pro des joueurs de son centre de formation comme Yassine Benrahou (21 ans) et Albert Lottin (18 ans). Lequel d'entre eux a reforcé l'équipe sportivement sur le court terme ? Aucun. Mais alors à quoi ça sert de recruter sans se renforcer ?

PLACEMENT FINANCIER

Les clubs aujourd'hui réalisent des placements financiers sur des joueurs, comme à la bourse. Logique avec cette vision qu'un fonds d'investissement soit à la tête des Girondins de Bordeaux. Les clubs font des "paris" sur les possibilités sportives et économiques d'un joueur. Un peu comme si vous misiez sur une action en l'achetant à bas prix en espérant qu'elle augmente après avoir étudié son potentiel. La signature de Yacine Adli en janvier 2019 est un bon exemple. Bordeaux casse sa tirelire en versant 5,5M€ pour acheter 60% des droits du joueur au PSG. Cette somme était un record pour un joueur de centre de formation sans expérience de la Ligue 1. Nous pouvons dire aujourd'hui que sportivement Yacine Adli n'a pas renforcé l'équipe à court terme. Il alterne le bon et le moins bon, et il termine sa formation à Bordeaux. C'est ce qu'on appelle la post formation (entre 18 et 21 ans). Pourtant, sa cote est passée à 7M€ (source transferrmarkt) et augmente. C'est la même chose pour Josh Maja recruté pour 1,7M€ et qui en vaut maintenant 7M€. Les résultats sportifs de l'équipe eux ne sont pas bons, mais ce n'est pas un souci pour le club.

RÉSULTATS SPORTIFS AU SECOND PLAN

Le rôle de l'entraîneur est donc devenu différent aujourd'hui à Bordeaux. Il ne doit plus faire gagner son équipe et la maintenir dans le haut du classement, mais faire progresser ses joueurs, les exposer afin les revendre le plus cher possible. D'ailleurs, comme l'a révélé l'équipe il y a quelques moIs, le coach de Bordeaux, Paulo Sousa, a un intéressement à la revente (1% sur la plus-value), ce n'est pas un hasard. Alors oui, les résultats sportifs passent au second plan et une série de défaites ne mettra pas en danger l'entraîneur, puisque l'objectif principal n'est pas de figurer en haut du classement, mais de se maintenir dans le ventre mou, et de faire du business en valorisant les joueurs de l'effectif. Seule une rétrogradation en Ligue 2 serait catastrophique. 

Ce que nous exposons brièvement dans cet article est une vision financière et déshumanisée du football qui a envahi les Girondins de Bordeaux, ou les supporters se reconnaissent de moins en moins dans leur club, dans leur équipe et dans leurs joueurs, ainsi que dans leur institution. C'est un club ou des financiers dirigent en se souciant peu du sort de leurs plus fidèlent supporters, abusant de marketing, de communication et de storytelling pour nous vendre un produit sans émotion. De leur côté, les joueurs eux sont pris dans un engrenage ou la recherche de l'argent et du bon contrat prend le pas sur la relation avec les fans. En cette période de marché des transferts l'authenticité se perd chez les Girondins de Bordeaux qui vont sûrement encore recruter, mais ne pas se renforcer au grand dam des supporters.

Mercato : Olivier Giroud va s'engager avec l'Inter

#Transferts

Commentaires