Philippe Etchemendy : “On remarque que les joueurs ne lâchent pas”

18/04 - 09:41 | Il y a 1 mois
L'entraîneur Philippe Etchemendy était l'invité de l'émission "100% Girondins" de France Bleu Gironde ce mardi. Il est notamment revenu sur les motifs de satisfaction lors de la réception de Bastia, mais également sur l'efficacité offensive des Girondins de Bordeaux.
Philippe Etchemendy : “On remarque que les joueurs ne lâchent pas”

© Iconsport

Motif de satisfaction face à Bastia ?

Philippe Etchemendy dans 100% Girondins : “Déjà, on remarque que les joueurs ne lâchent pas, même avec tout ce qui se dit autour du club. On pourrait penser que cela les ferait réfléchir individuellement, mais on constate que beaucoup travaillent pour le collectif. Les 11 joueurs qui ont terminé le match, ainsi que ceux qui ont commencé, même si certaines performances individuelles étaient parfois en dessous. On sent que les joueurs sont là, même si cela ne les rend pas meilleurs individuellement ou collectivement. Malgré tout, ils ne lâchent pas. 

À un moment donné Vipotnik a une occasion et s’il marque, nous aurions pu être à 3-3 à 10 minutes de la fin, ce qui aurait pu enflammer le match. Donc finalement, cela tient à peu de choses, mais cette première demi-heure ne pourra pas être répétée, car à un moment donné, l'état d'esprit des joueurs en souffrira. Prendre trois buts en une demi-heure, même pour un gardien, ça doit faire réfléchir pour le match suivant.”

Livolant devant Vipotnik ? 

“Je pense que c'est un choix d’homme. À mon avis, il ne pouvait pas se permettre de faire entrer Livolant et Vipotnik dès le début, car s'il se passait quelque chose, il aurait été limité en options sur le banc. De plus, avec la situation où il n'y avait plus d'autres attaquants, s'il avait aligné les deux dès le départ, il aurait verrouillé l'équipe et aurait ensuite dû choisir entre l'un ou l'autre. Aujourd'hui, Livolant correspond un peu plus à ce que l'entraîneur attend d'un attaquant dans son schéma de jeu, mais je n'ai pas accès aux séances d'entraînement, donc je ne peux pas en être certain. 

La difficulté réside dans le fait qu'Albert Elis n'est plus là et qu'Aliou Badji n'était pas en grande forme, donc avec seulement un attaquant, Vipotnik, il a dû lui adjoindre quelqu'un capable de le challenger et de le pousser à donner le meilleur de lui-même. Livolant semble avoir pris l'avantage, surtout après avoir marqué samedi, alors que Vipotnik n'a pas trouvé le chemin des filets lors de ce match. Cependant, en tant qu'attaquant, on le juge surtout sur son efficacité devant le but, et samedi, c'est Livolant qui a réussi à marquer. Donc, bien que Livolant ait un léger avantage pour l'instant, la sélection d'attaquants est tellement limitée aujourd'hui."

Un manque de profondeur offensive ? 

 

“Effectivement, même Vipotnik ne semble pas réaliser suffisamment d'appels en profondeur. Pour être vraiment dangereux, il faut réussir à le trouver dans la surface de réparation. Aujourd'hui, la configuration de l'équipe de Riera nécessite peut-être un attaquant un peu plus mobile pour libérer des joueurs comme Davitashvili, Pitu ou Diaz. 

Sur ce point, bien que l'on puisse critiquer Albert Riera sur de nombreux aspects, je pense qu'il a raison concernant le manque de profondeur du banc. Offensivement, nous avons trop peu de solutions, et il est contraint d'innover avec les moyens dont il dispose actuellement.”

>> Interview - Arnaud Garnier : "Je ne me retrouve plus dans la façon dont les Girondins sont dirigés"