Pourquoi le mercato des Girondins est à l’arrêt ?

22/06 - 13:04 | Il y a 3 semaines
On pouvait penser que le mercato bordelais rimait avec grand chambardement et bouleversement d’effectif. Une semaine après l’ouverture du mercato, c’est le calme plat en Gironde. Bien que le coach espagnol Albert Riera ait dressé les contours de son effectif pour la saison prochaine lors de la dernière conférence de presse, le manque de visibilité contraint peut-être le Majorquin à revoir ses projets pour la saison à venir. Entre vouloir et pouvoir, pourquoi une telle situation ? Explications.
Pourquoi le mercato des Girondins est à l’arrêt ?

© Iconsport

Les étés se suivent et se ressemblent chez les Girondins de Bordeaux. Depuis 3 saisons, Gérard Lopez, le propriétaire du club au Scapulaire, doit briller dans le money time dans le désormais “classique” DNCG-Bordeaux.

La DNCG, le clasico bordelais encore repoussé bloque le club

Alors que les Girondins de Bordeaux devaient se présenter ce mercredi 19 juin devant le gendarme financier, un report a été demandé et accordé aux FCGB pour passer le 27 juin a indiqué le quotidien régional Sud-Ouest.

Un report qui n’arrange pas du tout la préparation du sportif pour la saison à venir. En effet, le club ne peut entamer la préparation de sa saison ainsi que son mercato. En effet, la saison ne pourra démarrer si et seulement si le budget (financement) pour le prochain exercice en Ligue 2 est validé par la DNCG.

D'ailleurs, selon nos informations, un cadre de la formation des Girondins est aujourd'hui bloqué dans sa préparation de la saison sans nouvelle de sa direction. Il doit attendre le passage devant la DNCG pour avancer. De plus, Diego Lopez responsable du recrutement est parti au RC Lens, et n'a pas été remplacé à date.

De ce fait, pour l’heure, le club semble à l’arrêt et attend des signes de son président Gérard Lopez. Selon les informations de France Bleu Gironde, l’homme d'affaires hispano-luxembourgeois serait en négociations avancées avec un investisseur américain. Ce dernier doit faire l'apport de plusieurs millions d’euros pour financer la prochaine saison ainsi que le train de vie du club à moyen et long terme.

Une chose est sure, les Girondins prennent du retard dans l’optimisation de la préparation et du recrutement. Par exemple, au niveau de la formation, les joueurs et les familles s'interrogent sur leur avenir immédiat et doivent décider ou jouer la saison à venir. Les joueurs professionnels sont aussi dans l'attente.

L’effectif bordelais peu attractif sur le marché

Le club bordelais compte se séparer de beaucoup de joueurs pour renflouer ses caisses. La direction tablerait sur 20M€ de ventes de joueurs selon L’Équipe. Mais la situation n’est pas si simple. À en croire les chiffres de Transfermarkt, on est loin du compte.

D’une part, financièrement, le club est en situation de faiblesse face aux concurrents et face aux acheteurs. Effectivement, les seules belles valeurs marchandes de l’effectif sont Davitashvili et Vipotnik, qui représentent respectivement à eux seuls 3M€ et 2,5M€. Ce qui fait au total 5,5 M€. Dans une moindre mesure, l’international ukrainien Ignatenko pourrait être une bonne valeur marchande avec 1,5 M€. Encore faut-il trouver preneur. De plus, toujours selon Transfermarkt, l’effectif total vaudrait 25,8M€. On peut donc s’interroger sur le montant de vente estimé par la direction bordelaise.

Alors oui, vous allez nous dire que Davitashvili et Vipotnik peuvent être transférés pour des montants plus importants, s'ils font un bel Euro. C'est en effet, possible, mais aujourd'hui à l'exception de l'intérêt de l'ASSE pour le géorgien c'est le calme plat.

D’autre part, comment des clubs pourraient-ils se positionner sur les joueurs bordelais avec de tels émoluments ? Prenons l’exemple le plus criant. Arrivé en provenance d’Amiens en 2022 sous la forme d’un prêt payant de 1M€, Aliou Badji a ensuite été acheté par Bordeaux pour la somme de 3M€. Malgré un bilan catastrophique et une saison blanche aux Girondins, le sénégalais conserve 2 ans de contrat avec un salaire mensuel d’environ 60000 € brut selon L’Équipe. Quel club pourrait offrir le même salaire au sénégalais ?

C’est un exemple parmi d’autres au sein de l'effectif qui montre à quel point les Girondins trainent des épines dans le pied avec une politique salariale hors norme pour un club de Ligue 2.

Les droits TV et l’Euro n’aident pas

Un autre problème important freine les Girondins dans le mercato. Pour une fois, ce n’est pas de leur faute. En effet, la LFP n’a toujours pas trouvé de solution concernant les droits TV pour la Ligue 1 ainsi que pour la Ligue 2. C’est un manque à gagner important pour tous les clubs français. Certes, les revenus pour la deuxième division sont moindres. Néanmoins, les Marine et Blanc restent dans l’expectative sur ce sujet.

On sait maintenant comment fonctionne un mercato. Les plus grosses écuries commencent les mouvements en premier. Et, petit à petit, plus tu avances dans l’échelle des championnats (Ligue 1 et Ligue 2 confondues), plus les équipes qui n’ont pas forcément de grandes mannes financières pourront avancer dans leurs dossiers (départs/arrivées). Cela fait un effet “boule de neige”.

En outre, il est important de rappeler que, l’Euro ainsi que les JO 2024, tombent en plein milieu du mercato. Ainsi, les clubs ne peuvent pas être au diapason de leur recrutement et doivent encore patienter un peu pour entrer en action.

L’éclaircie Mendy dans tout ce marasme ?

Dans ce sombre brouillard bordelais, une éclaircie venue de Normandie pourrait apporter une bouffée d’oxygène aux finances bordelaises. Selon Foot Mercato, l’ancien bordelais, Alexandre Mendy devrait quitter Caen pour l’Arabie Saoudite. Une donnée importante, car les Girondins de Bordeaux récupéreraient 20% de la plus-value sur un prochain transfert. Sa valeur marchande est estimée à 4M€ selon Transfermarkt. Bordeaux pourrait récupérer 1M€, une belle somme qui semble dérisoire mise face au déficit de la saison estimé à environ 50M€ indique Sud Ouest.

En résumé, la constitution de l'effectif des Girondins pour la saison à venir est bloquée, mais plus pour très longtemps. Rendez-vous le 27 juin prochain pour le passage devant la DNCG en espérant que le club au scapulaire pourra enfin démarrer ses préparatifs pour l'exercice à venir.

H.D N.P

Notre podcast :

 

Réédition de l'article publié le 19/06/2024

 

#Transferts